spencerily spencerily IX

Mérille, rentre à la fac après ses années de lycée à se déchaîner sur son travail, son dossier et ses notes. Elle intègre enfin, la fac de ses rêves au States et elle compte bien devenir enseignante de langue étrangère. Mérille est une jeune femme droite, franche , déterminée et organisée, elle ne compte pas se laisser marcher dessus. Cependant qui dit nouveau pays, dit nouvelle vie, qui dit nouvelle vie, dit nouvelle résidence et elle va devoir faire face à Rio, l'étudiant le plus beau, le plus désiré et de qui de nulle part, ce trouvera être son colocataire... Entre caractère et personnalité opposées, vont-il réussir à cohabiter dans la légalité ?


Романтика Романтическое ожидание Всех возростов.

#badboy #campus #colocation #ados #romance
0
497 ПРОСМОТРОВ
В процессе - Новая глава Каждые 10 дней
reading time
AA Поделиться

1 : Mérille Aniston

Lorsque je pose ma valise à mes pieds, je ferme les yeux et je respire l'air frais. J'y suis !

Être aux états-Unis était l'un des rêves les plus fous et me dire que j'ai réussi, malgré toutes les fois où je souhaitais abandonner, toutes les fois où on m'a rabaissée, toutes les fois où on m'a répétée que je n'y arriverai pas, j'y suis belle et bien arrivée.


Je regarde le grand bâtiment devant moi auquel je vais y passer 3 ans précisément, et j'ai déjà les larmes aux yeux. J'ai encore du mal à y croire. Je sens une main s'attarder sur mon épaule, ce qui me sort de ma rêverie.

- Alors, tu es grande maintenant.


Je tourne le regard vers ma mère et lui sourit.

Oui, je suis devenue une adulte, je suis majeur et je suis devenue une femme à présent. J'imagine que ça doit être dure pour elle de me voir quitter la maison.

- Tu vas t'en sortir toute seule à la maison maman ? je m'inquiète.

- Bien sur que oui ! J'ai passée mes 19 ans moi. Depuis bien longtemps !


Je rigole, son humour va me manquer. Je lui fait un câlin- non, un gros câlin- et elle réintègre la voiture puis démarre. Me voici, libre !


Je rentre et après avoir demandé les clés de ma chambre, je monte à l'étage. J'ouvre la porte et je suis accueilli par une somptueuse pièce moderne mais à la fois vintage. J'aime beaucoup. J'ai lu quelques avis là-dessus, et effectivement je ne suis franchement pas déçu de ce que je vois.

Il n'y a pourtant personne, j'imagine que je n'ai pas encore de colocataire. Tant mieux, j'appréhendais les présentations.


La rentrée est demain, et je pense prendre le temps pour visiter le campus et organiser ma chambre- du moins, mon espace- , l'autre espace de la chambre est vide. Seul un lit double, un bureau et une armoire y sont disposés et en plus, il n'y a même pas de murs pour nous séparer et avoir notre endroit intime. Vraiment dommage, cette chambre aurait pût être une très gros coup de coeur si il y'avait deux pièces séparées.


Il y a une assez grande salle de bain, une baignoire et une douche italienne, plutôt grande pour deux personnes. Je range mes produits, et tout le reste dans le tiroir de droite- car c'est mon préféré- et retourne dans ma chambre pour y ranger mes autres affaires.

Une fois finie, je sors de ma chambre et décide de découvrir les alentours. Le couloir est remplie de porte, et on entend presque tout à l'extérieur, vraiment pas pratique pour l'intimité, vraiment pas.



Je descends les escaliers et je suis de retour à l'accueil. C'est peuplé et je déteste ça. Me retrouver dans un endroit avec énormément de monde, me procure de l'anxiété et je fais des crises d'angoisses, alors j'évite à tout prix de me retrouver au plein milieu.


Je tourne à gauche et je rejoins- de mon point de vue- ce qui me semblait être la cafétéria du campus. Plutôt normal, ça à l'air être comme le lycée, une cantine basique. Rien d'extraordinaire, rien de nulle, juste normal.

Plus loin, je découvre un sorte de « CDI » qui est fait pour travailler et lire. Cet endroit va sûrement être mon endroit favori, me retrouver entourés de livres me donne envie de travailler pendant des heures et ça, c'est cool.


Je devrai aller explorer encore et encore le carrefour dans lequel je me trouve, mais honnêtement, marcher ou encore courir n'ont jamais été un sport auquel je portais une grande importance durant mes années de scolarité, donc autant retourner dans ma chambre et me mater une bonne série avant les cours qui commence demain.



Je rejoins ma chambre sans trop me dépêcher pour m'éviter un point de côté, je ne suis pas sportive et je vis très bien comme ça. Lorsque j'ouvre la porte, je tombe nez à nez sur une personne le dos tourné. D'après sa carrure, cette personne semble être une personne d'identité masculine mais je préfère ne pas juger sans avoir vu son visage,ni même entendu sa voix. Alors, je ferme la porte derrière moi assez fort pour qu'il ou elle puisse s'apercevoir de ma présence, mais absolument pas.


Ok, peut-être je n'ai pas fait assez de bruit. Je ne suis pas du genre à faire le premier pas- peut-être pour cela que je n'ai jamais été en couple d'ailleurs...-je vais juste me contenter de me faire remarqué pour espérer qu'il ou elle prenne la parole et me demande qui suis-je. Si, il ne se passe rien alors tant pis, je vivrai comme un fantôme.


Je m'assoie sur mon lit et j'attends. Je regarde la personne en face de moi qui n'a pas l'air de se souciait de ma présence car évidemment cette personne a des écouteurs dans les oreilles, et fait des allers-retours entre son armoire et sa valise posée sur son lit.

Quelque minutes plus tard, pour mon plus grand bonheur, son regard se pose sur moi. C'est un garçon. De mon âge.

- Désolé pas ce soir, les plans culs commencent demain. Je peux te garder une place si tu veux.


J'hausse les sourcils, plutôt étonnée du ton qu'il a entamé pour me dire cette phrase ridicule, et penche ma tête sur le côté un peu perplexe.

- Excuse- moi ?


Il me regarde avec ses yeux parfaitement sombres et ses cheveux qui tombent sur son front, puis fronce les sourcils.

- Qu'est-ce que tu ne comprends pas ?

- Ce que tu viens de dire. Je ne suis pas là pour ça. Tu es dans ma chambre. Je réponds.

- Nous sommes dans la même chambre j'avais remarqué ouais.

- Non non, je me lève, t'as mal compris. Tu t'es trompé de chambre, c'est impossible que tu sois là, les chambres ne sont pas mixes.


Ce que je dis l'importe peu, il se dirige dans la salle de bain et range ses affaires. Je n'aime pas qu'on me snobe comme ça, c'est extrêmement mal poli. Je le suis des yeux et m'arrête devant la porte dans laquelle il est, les bras croisés sur mon buste.

- Tu écoutes ce que je te dis là ? Tu t'es trompé. Je répète.

- Je ne me suis pas trompé d'accord ? Les chambres sont mixes. Si tu n'as pas bien lu la description du campus, va la relire au lieu de me casser les couilles. Dit-il en me poussant brutalement du passage.


Je reste bouche-bée, je ne sais pas ce qui me choque le plus entre sa façon de parler ou le fait que les chambres soient mixes. Ma mère n'aurait jamais acceptée si ça aurait été le cas, c'est elle qui s'est occupée de tout. Je prends mon téléphone et cherche le campus. Les chambres sont bien mixes, j'y crois pas...


- Donc si je comprends bien, on est colocataire ?

- J'avoue que j'aurai préféré une jolie fille, mais bon, on fait avec ce qu'on a.

- Tu n'es pas mon genre non plus.


Un rapide rire étouffée sort de sa bouche et je me demande ce qui le fait rire. Il se pose sur son lit et s'allonge en croisant les jambes, une console à la main.

Je ne lui prête pas attention, je ne l'aime pas. Il n'a pas l'air de m'aimer non plus, alors je ne vois pas pourquoi je devrai faire en sorte d'avoir une bonne relation. Je ne suis pas venu pour ça après tout.

- C'est quoi ton nom ? Me demande-t-il.

Tient, il fait de la conversation. Étonnant.

- Merille Aniston.

- Rio, enchantée. Je vois que tu n'es pas d'ici à en voir ton accent et ton prénom chiant à dire.

- en effet, dis-je en ouvrant mon ordinateur, je suis française et j'imagine que tu viens d'un endroit aussi merdeux que toi. Non ?

- Je te le fait pas dire. Mais au moins, je ne bois pas du vin et du pain à chaque repas et je ne lève pas le petit doigt non plus quand je bois avec une tasse.

- Ce ne sont que des préjugés, les français faisaient ça il y a bien longtemps.


Il ne répond pas. J'imagine que je l'ennui, et qu'il a juste envie de silence. Je prend mes écouteurs et je les branche à mon ordinateur puis met en route ma série.

26 октября 2022 г. 10:42:35 0 Отчет Добавить Подписаться
0
Прочтите следующую главу 2- ANISTON

Прокомментируйте

Отправить!
Нет комментариев. Будьте первым!
~

Вы наслаждаетесь чтением?

У вас все ещё остались 1 главы в этой истории.
Чтобы продолжить, пожалуйста, зарегистрируйтесь или войдите. Бесплатно!

Войти через Facebook Войти через Twitter

или используйте обычную регистрационную форму