akram-louiz-marco-psy Akram Louiz

Synopsis: Ce petit roman est l'exemple d'une fiction qui se développe d'une fantasy à une science-fiction. Une grande part des péripéties est psychologique. L'histoire est relatée en deux actes dans un ton autobiographique pour que le lecteur s'identifie au héros et plonge au milieu des événements. La syntaxe utilisée est très facile, et le registre de langue de ce roman est très courant. Les amoureux de la fantasy pourront facilement s'imaginer dans un monde où les peuples souffrent du capitalisme cruel. Le personnage principal, désespéré, trouve refuge dans un domaine maritime secret. Un coup de destin le transforme en un héros avec de nouveaux pouvoirs. Après des débuts difficiles, il participe à l'assaut contre les forces du mal qui gouvernent à terre. Cependant, l'affranchissement des peuples par le héros qui nous raconte les événements n'est pas sans contraintes.



Fantasia Épico Todo o público. © License CC BY-NC-SA 4.0

#secret #marine #manipulation #sorcellerie #capitalisme #esclavage #maritime #mentalisme #mentaliste #cerveau #esclavagisme #satellites #état-mental
3
6.0mil VISUALIZAÇÕES
Completa
tempo de leitura
AA Compartilhar

Première Intro:

Considérez-vous comme chanceux si vous avez du temps libre pour vous amuser ou pour lire ces lignes, car le mondialisme incoercible est capable de vous englober pour vous rendre serviles à plein temps au système épouvantable du capitalisme.

Le capitalisme cruel a utilisé la mondialisation technologique pour se déployer en détruisant le socialisme solidaire qui lui manquait malheureusement les moteurs de la concurrence entre les citoyens. On s’est retrouvé finalement dans un environnement où tout le monde est prêt à faire l’impossible pour escalader une montagne de hiérarchie afin d’avoir un meilleur salaire, et qui malgré tout n’assouvit jamais.

Moi, je faisais partie d’un équipage de marins qui naviguaient bravement à bord d’un navire ridicule. Heureusement, la mer était souvent clémente et si fière qu’elle n’avait jamais voulu nous montrer toute sa puissance. Nous savions tous qu’elle tuait facilement par ses caprices pour vaincre l’intelligence et défier la créativité de l’homme, or quand les vagues nous berçaient sympathiquement, nous pouvions surmonter la morosité qui débordait du maudit navire, et nous arrivions à remplir nos fonctions en toute quiétude.

Regarder secrètement les photos de nos proches ne nous faisait que regretter notre situation. Nous nous sentions tous incarcérés, mais la vie à terre nous avait tellement mortifiés que nous ne la souhaitions plus jamais. Nous nous racontions nos tragédies et nos anecdotes. Les larmes et les rires nous réunissaient dans des moments d’empathie si chaleureux qu’ils nous faisaient oublier nos craintes, et nous encourageaient à vivre un lendemain aussi difficile que la veille.

J’étais le plus jeune de l’équipage et au niveau le plus bas de sa hiérarchie. Je devais alors travailler plus que les autres à bord de ce tas de ferraille où rien ne fonctionnait convenablement. Mon travail commençait dès l’aube. À mon réveil, l’aurore remplissait mon cœur d’optimisme alors que ma première cigarette me consolait de l’amertume de mes souvenirs de la vie à terre.

Chaque jour, des millions de personnes naissent pour que le capitalisme sauvage qui nous gouverne les exploite. Les gens apprennent dès leur plus jeune âge à faire confiance aux médias qui leur font un siège étouffant afin de bien les programmer. Les médias veulent les rendre des consommateurs qui dilapident l’argent sans le moindre regret. Ces tentacules du capitalisme cruel ne cessent pas de créer malicieusement de nouvelles tentations inutiles aux gens puis de les convaincre que ce sont des besoins vitaux. Les gens se retrouvent alors dans l’obligation de dépenser de plus en plus et parfois même de prendre le risque de s’endetter. C’est ce processus qui nous piège dans un tourbillon matérialiste et nous rend, malgré nos principes, esclaves par nos dettes, nos tentations, nos faiblesses et par notre manque de moyens.

Moi, je présentais l’exemple d’un bon dilapidateur. À terre, j’étais un grand parieur qui s’adonnait au tabac, à l’alcool, aux drogues et qui avait le plaisir de fréquenter les endroits chers, bref, la programmation médiatique ne pouvait pas espérer mieux de moi. Ce mode de vie m’avait tellement ruiné que je risquais la prison. Mon salaire modeste ne suffisait même pas à rembourser mes dettes, en plus, je m’étais persuadé que quoi qu’il en soit, aucun salaire ne pouvait suffire à un homme comme moi. J’avais fini par comprendre que j’étais captif dans une toile d’araignée abominable où plus je me débattais, plus je me faisais prendre. Je devais absolument m’évader loin de tous ces pièges qui m’entouraient. Je devais me sauver vers un nouveau monde où j’allais pouvoir me corriger, et le travail maritime secret était ma seule issue.

En mer, j’avais découvert que j’étais un vrai croyant. Quand les vagues se jouaient de notre navire ridicule, j’arrêtais de méditer sur l’existence d’un dieu ou sur la véracité des thèses religieuses. Je ne pouvais que regarder le ciel en me repentant très fort de tous les péchés que je m’amusais à commettre dans ma vie à terre. Certes, jamais un algorithme religieux mathématiquement logique n’avait pu un jour répondre à toutes mes questions métaphysiques, mais j’avais découvert en mer que la subjectivité humaine m’était suffisante pour croire en un dieu si majestueux que je ne pouvais pas le percevoir, mais sûrement si omnipotent qu’il faisait de nous ce qu’il voulait.

À un âge précoce, j’avais tellement erré, et je m’étais retrouvé si faible que seul un miracle pouvait me procurer une vie meilleure.

Je me souviens encore du jour où tout a commencé à bord. Je vais commencer à vous raconter mon histoire sans mentionner de noms ni d’adresses. Notre navire était l’un des refuges hautement secrets où les perdants à terre comme moi étaient prêts à perdre toutes leurs identités. À bord, ils devenaient des êtres indifférents et indéfinis par des masques qui ne reflétaient que leurs âges et leurs grades de la hiérarchie maritime secrète.

20 de Dezembro de 2023 às 12:17 1 Denunciar Insira Seguir história
1
Leia o próximo capítulo Chapitre 1:

Comente algo

Publique!
Dila Atman Dila Atman
Hi! we can support each other. We can follow each other. Give me 30 vote, -heart,chapter of like, whatever u say- nd i will give u 30 vote
January 21, 2024, 10:26
~

Você está gostando da leitura?

Ei! Ainda faltam 20 capítulos restantes nesta história.
Para continuar lendo, por favor, faça login ou cadastre-se. É grátis!

Telepathic World of Witchcraft and Mentalism
Telepathic World of Witchcraft and Mentalism

In this universe, we expose the war between good and evil. We present the thoughts of people suffering in this world of capitalism. Here is the Synopsis of the main story: It is a fiction that develops from a fantasy to a science fiction. Much of the adventure is psychological. The story is told in two acts in an autobiographical tone so that the reader identifies with the hero and immerses himself in the middle of the events. The syntax used is very easy, and the language register of this novel is very common. Fantasy lovers can easily imagine themselves in a world where people suffer from cruel capitalism. The main character, desperate, finds refuge in a secret maritime domain. A twist of fate transforms him into a hero with new powers. After a difficult start, he participates in the assault against the forces of evil that rule ashore. However, the enfranchisement of peoples by the hero is not without constraints. It is actually a Rise and Fall of the hero who tells the story. Leia mais sobre Telepathic World of Witchcraft and Mentalism.