ESTROYERS : À la recherche de l'épée sacrée Suivre l’histoire

tianhua_ TianHua

« Il est temps de reprendre ce que nos ancêtres avaient commencé ». Maïra, jeune écuyère de vingt ans voit alors sa vie changer radicalement après sa rencontre avec un guerrier du nom de Orion. Poursuivi et traqué par l'armée impériale de Esthanoss depuis des mois, deux solutions s'offrent à lui : se rendre et finir emprisonné à vie, ou bien fuir son pays et rester caché. Mais ces choix disparaissent entièrement après avoir reçu la vision de la déesse de Wýsawgë en rêve. Cette dernière lui fait alors part d'un oracle et lui confie une mission à l'enjeu important : Orion doit retrouver et s'approprier Altharylls, l'épée sacrée, avant qu'il ne soit trop tard. En effet, les tensions entre tous les empires de Wýsawgë sont présentes depuis maintenant quelques années. La guerre menace réellement d'éclater entre Wastria et Esthanoss. Une véritable ère meurtrière éclaterait alors, coulant l'Archipel entière dans le chaos et la désolation. Décidé que Maïra est celle qu'il cherchait depuis le début, il l'embarque soudainement dans sa quête avec lui. Il est certain de pouvoir atteindre Altharylls et de pouvoir sauver le monde avant que la cloche de guerre ne sonne. Personne n'a dit que cette quête serait facile. Mais comment faire lorsque celle-ci est complètement semée d'embûches entre mille et uns opposants ? L'Empire-même d'Esthanoss, le clan des Démons, les monstres tous aussi effrayants que dangereux, et le réveil de ces armes enchantées que tous convoitent depuis leurs créations par les divinités : Les Estroyers.


Fantaisie Médiévale Tout public.

#mensonge #divinité #secret #combat #amitié #peur #sang #mort #malédiction #guerre #épée #fantaisie #fantasy #royaume #magie #romance #chevalier
1
630 VUES
En cours - Nouveau chapitre Tous les vendredis
temps de lecture
AA Partager

PROLOGUE

— Professeur! Vous êtes sûr que l’on ne devrait pas faire demi-tour! Cet endroit ne me dit rien qui vaille!

— Non Escar. Il est absolument hors de question que je fasse demi-tour maintenant! Tant d’années de recherches!

— Nous ne sommes même pas sûr qu’elle soit là!

— Moi j’en suis sûr. Vingt ans Escar! Cela fait maintenant vingt ans que je la recherche… Altharylls… L’épée sacrée divine… Forgée de la main de la Déesse en personne… Cette relique cherchée de tous… Il est tout bonnement hors de question que j’abandonne le fruit de mes recherches. Je sais que nous y sommes… Elle est ici.


Les deux hommes qui s’avançaient dans l’immense grotte, ne savaient pas vraiment où ils mettaient les pieds. Seules les sphères lumineuses créées par la magie, leur servait d’éclairage. Le premier homme âgé d’une cinquantaine d’années avançaient avec assurance dans la pénombre, tandis que le second, de vingt ans, ne savait quoi faire. Les monstres et les virus étaient dominants dans cet endroit et les deux hommes n’avaient aucun contact avec le reste du monde.

Le sol se mit soudainement à trembler, créant quelques éboulements et le plus âgé tira son second avant de se mettre à courir à grande vitesse. Cet endroit qui semblait banal et pourtant si dangereux abritait cette épée sacrée cherchée de tous. Un endroit recouvert de reliques, de sortilèges et de monstres prêts à tout pour empêcher la possession de la relique divine.

Le professeur aux cheveux blancs qui essayait tant bien que mal d’échapper aux sorts de mort, de torture, d’emprisonnements et aux attaques de monstres, ne savait plus où donner de la tête. Le plus jeune avait manqué de se faire tuer une dizaine de fois. La course pour la survie se faisait de plus en plus compliqué.

Par manque de souffle, Escar cherchait à reprendre de l’air, mais quelque chose d’autre commençait à le préoccuper. Et le jeune brun en fit par au plus âgé, rapidement:

— Professeur! Ralentissons! Il y a une cre-

Mais il n’eut même pas le temps de finir sa phrase que les deux hommes furent emportés très violemment dans une sorte de ravin. Aucune notion de profondeur, des dégâts de la chute… Ils atterrirent alors sur un sol en pente et déboulèrent pendant d’interminables secondes sans pouvoir rien faire. Se protéger le visage était la priorité. Mais arrivés au bout de la descente meurtrière, les problèmes décidèrent de s’enchaîner à nouveau. Escar se prit un rocher à la tête et en perdit aussitôt connaissance. Le professeur se redressa subitement et vit son collègue inconscient.

— Escar! Escar! il s’approcha paniqué et commença à faire un massage cardiaque au jeune homme. Merde… Escar réveille-toi!

Il lâcha le jeune homme en regardant à gauche puis à droite. La sphère endommagée ne produisait que peu de lumière. On entendait maintenant que les gouttelettes tomber du haut de la caverne humide, dangereuse et effrayante. La respiration saccadée du professeur et les quelques bruits des derniers petits éboulements. Le vieil homme serra ses dents et retira son sac en commençant à fouiller dedans.

Il en sortit alors une immense et lourde épée dorée et décorée de joyaux tous resplendissants. L’homme inspira profondément et sortit l’arme de son fourreau en dirigeant la lame vers le ciel. Il commença alors à réciter diverses incantations en une langue étrangère:

— O Chros, tues del Solra ora no Léonhert, incovas dras arma epeas. Restuar ot me invocas erso libras tues pouvoer constras ennama un facies.

L’épée commença à émettre une lueur dorée sans égale. De la poussière éclatante l’enveloppa et celle-ci s’éleva dans les airs. Le professeur ferma ses yeux, ébloui par cette lueur pourtant chaleureuse et réconfortante comme le soleil d’été.

En ouvrant les yeux, il eut alors la surprise de découvrir un homme en armure debout devant le professeur. Ses cheveux blond or mi longs et lisses étaient attachés en une queue de cheval basse, grâce un petit ruban doré. Ses yeux ambrés semblaient sonder le corps des deux hommes. L’armure argentée de l’homme resplendissait de mille feux entre son aura éblouissante et ses multiples saphirs.

Le professeur regarda alors ce dernier, les yeux ébahis. Léonhert, le chevalier du soleil et de la lune.

— Enchanté, je suis Léonhert van Wrestas, chevalier de la lumière et commandant des armées de Wastria. Je suis à votre service Monseigneur. Que puis-je faire pour vous? demanda l’homme, une main sur le cœur, l’autre sur le manche de son épée, à sa droite.

— Le chevalier de la Lumière… L’un des plus puissants épéistes de Wastria…il baissa son regard vers son ami et ferma ses yeux avant de regarder le chevalier à la couronne d’or. Peux-tu porter mon ami, pendant que je continue ma recherche? Je t'en prie... Je ne veux pas le laisser mais je ne veux pas non plus abandonner ma quête...

— Oui votre altesse. Je m’en charge. S’il vous plaît, laissez ma lumière vous guider jusqu’à votre quête.

Il tendit sa main et fit apparaître un petit oiseau lumineux qui s’envola vers un chemin étroit et sombre. Le professeur regarda le chevalier et se lança à la suite de la petite lumière dorée, courant. L’homme repli d’espoir n’espérait qu’une chose: trouver enfin cette relique sacrée qui hantait ses rêves et nourrissait ses espoirs.

Le chemin dura une dizaine de minutes, l’air se faisait de plus en plus rare. La température baissait à vue d’œil et l’homme avait l’impression de sentir son corps faiblir à chaque pas vers la sortie de ce chemin. Mais voyant que l’oiseau allait plus vite, il se mit à courir à sa poursuite mais rentra dans un caillou et tomba violemment au sol. Un goût de sang se fit sentir dans sa bouche. Sa jambe était douloureuse. Il ravala ses quelques larmes et s’apprêta à se relever avant de se figer. Les yeux écarquillés, le corps figé, la voix détruite, il mit ses mains sur sa bouche. Elle était ici.

Après tant d’années de recherches, la relique était là sous ses yeux. L’épée de la Déesse baignée dans la lumière argentée de la Lune. Son éclat argenté ne montrait plus aucun égal. Son pouvoir se faisait ressentir à une puissance indescriptible. Le pouvoir de la vie et de la paix. Celui du bonheur et des Dieux. Sa lame éclatante enfoncée dans le rocher, brillait de mille feux. Sur son manche, le joyaux violet semblait ressemblait à la galaxie. Une beauté indescriptible.

L’homme avait l’impression de sentir toutes ses peines s’envoler. Sa haine disparaître, ses blessures guérir. C’était donc ça le pouvoir d’Altharylls. Celui du Bien, de la Lumière, du Paradis de ce monde. Celui pouvant faire sourire même l’homme le plus triste et meurtri de l’univers.

Il se leva tranquillement et s’avança paisiblement, les yeux remplit d’étoiles, l’épée qui alllait sauver son beau pays de la guerre. Le sang n’aurait plus besoin de couler, personne d’autre n’y perdrait la vie.

Pas après pas, il se rapprochait de la relique divine. Le voilà arrivé devant un espoir depuis vingt ans. A quelques mètres de sa main. Et ça il n’y croyait pas du tout. L’homme tendit alors délicatement sa main vers le manche et l’empoigna d’un coup, en plaçant tous ses espoirs dans cette simple emprise.

Tout l’espoir d’une vie et d’un pays sur ce manche. Il pourrait enfin sauver ce dont il voulait protéger.

Plein d’espoir, il ouvrit ses yeux pour observer le miracle de Altharylls.


Mais jamais rien ne se produisit...

28 Septembre 2019 11:57:41 0 Rapport Incorporer 1
Lire le chapitre suivant CHAPITRE 1

Commentez quelque chose

Publier!
Il n’y a aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier à donner votre avis!
~

Comment se passe votre lecture?

Il reste encore 7 chapitres restants de cette histoire.
Pour continuer votre lecture, veuillez vous connecter ou créer un compte. Gratuit!