solene-suter- Solène Suter

Dans une relation entre frères et sœur adoptive, c’est difficile de refuser certaines choses pour ne pas être mal juger. Trois enfants âgés de six ans vont apprendre ça à leur dépend avec un jeu qui ira très loin. Jusqu’à dépasser une interdiction qu’ils ignorent en toute insouciance à cause de leur âge. Histoire sensuel et remplit de porno, si vous êtes sensibles, ne lisez pas cette histoire. Pour les mordus de ce genre d’histoire, bonne lecture à tous.


Fiction adolescente Interdit aux moins de 18 ans.

#porno #sexe #amour #confiance #fraternité #adaptation #insouciance
0
1.0mille VUES
En cours - Nouveau chapitre Toutes les semaines
temps de lecture
AA Partager

Tome 1.

Je m’appelle Solène, j’ai six ans et j’ai deux frères adoptifs qui ont six ans aussi.

J’ai été adopté à l’âge de trois ans.


Je suis dans ma chambre en train de lire, mon frère Alex l’aîné vient et me propose un jeu.

Je dis oui.

Au même moment, il y a Arel mon autre frère adoptif qui vint et nous tira par le bras, on alla à notre cabane perchée et je vis Mathis, Tiago et Jazz, des copains d’école à eux et qui sont à poil à l’intérieur !!

Ils rougissent tous.


On va jouer au sexe, t’es toujours partante ? Demanda Alex.


Hein ? Quoi ? Heu… Ça consiste en quoi ? Posais-je.


Il y a trois personnes qui s’allongent et les autres passent leur sexe à tour de rôle dans le trou de chacun, m’expliqua Arel.


Euh… je… je ne sais pas, je n’ai plus envie, m’apprêtais-je à partir.


Steuplait, il manque au moins une fille pour y jouer ou deux filles, sinon ce sera trop ennuyant, me supplie Alex en me tenant les bras en étant agenouillé.


Bon, d’accord.

Mais je refuse de me déshabiller, dis-je.


Ok, dans ce cas, tu lècheras et suceras à la place, vu que tu n’as pas de zizi, me proposa Alex.


Les copains n’ont pas l’air enchantés, deux d’entre eux se portent volontaires et Arel aussi, je déglutis ma salive, je vais devoir donc lécher le sexe de mon frère un moment ou un autre devant eux.

Heureusement qu’on n’a pas le même sang !


Je me penche avec Alex et Jazz.

Je dû sucer le sexe de Tiago se trouvant au milieu de Arel et Mathis.

Je prends des mains le sexe de mon copain Tiago et entre son zizi dans la bouche.

Je regarde en même temps Alex entrer dans le trou de Mathis son sexe, Jazz enfonce des doigts dans le trou d’Arel qui a le souffle coupé et moi je me pré-occupe de sucer tout le zizi de Tiago en entier.

La texture est très bizarre, mais je me retiens de cracher et de vomir.


Quelle goût ça a ? Me demanda Alex.


Mmm, bizarre et… dégoûtant, tu n’as qu’à goûter, lui répondais-je.


Il s’exécuta et goûta avec celui de Mathis, il retira et sembla lui aussi dégouté que moi, je me retire, je n’en peux plus et veux boire quelque chose.


Je sais. Tu vas plutôt entrer son sexe dans ton trou. J’avoue que le goût est dégoûtant, grimaça t’il.


Quoi ? Mais… mais je fais ça comment ? posais-je.


Mon partenaire se lève et me regarde. J'ai peur.

Je fronce les sourcils.


De toute façon votre sœur a dit qu’elle ne voulait pas être nue, dit Tiago.


Elle aura seulement que le sous vêtement de retirer, pas non plus le t shirt, lève les yeux mon frère Alex au ciel.


On a qu’à tous se déshabiller, proposa Jazz.


Oh oui !! Bonne idée, acquiesce mon frère Alex.


Avant même que je puisse dire quelque chose, ils s’exécutèrent, je retire tout tout de suite ne voulant pas être la dernière et seule à être habiller.


Trop belle, souffle Tiago.


Ouais, vous auriez dû nous inviter plus tôt, sourit Jazz à Alex.


Eh ! C’est de ma sœur que vous parlez, dit Alex.


Ta sœur adoptive, dit Jazz qui s’approche de moi.


Les copains me regardent et sourirent.

Je deviens rouge tomate.


C’est à notre tour d’être allonger, je me mets en position allonger, bien qu’avant je ne voulais pas, mais comme je suis nue, autant me prêter au jeu à fond.

Je suis sur le ventre comme Alex et Jazz.

Les jambes écartées, on eut le sexe chacun de son partenaire.

Tiago enfonce doucement son zizi dans mon trou, il fait de tous petits mouvements comme des caresses, les va et vient me paraissent agréables pour l’instant.

Puis il accéléra et je sentis une sorte de liquide sortir de mon trou.

Je me demande c’est quoi.

Je retiens un peu des petits gémissements que mon corps me demande de faire.

Je me mords la lèvre supérieure et pose au sol mon front.


Tout va bien p’tite sœur ? Posa Alex.


O… oui, arrivais-je à dire entre deux mouvements intenses.


Je ne te fais pas mal ? Posa Tiago.


Non ça va, tu… tu peux s’il te plaît ne pas trop enfoncer et faire lentement comme tout à l’heure s’il te plaît ? Posais-je.


Oui, d’accord. Tu n’as aucune douleur vraiment ? Demanda Tiago.


Non ça va, mais peux-tu faire s’il te plaît, tu ne fais plus rien, le regardais-je.


D’accord, se pressa t’il de frotter le zizi à l’entrée de mon trou et avoir juste que la moitié de son sexe dans mon trou.


Alex lui se concentra et reçoit de grands coups de queue de la part de Mathis.

Quant à mon autre frère, il est heureux d’enfoncer son sexe dans le trou de Jazz qui suffoque et ne dit rien du tout.

Je ne comprendrais jamais les garçons.


Au bout de cinq minutes, nous changeons de partenaires, je suis avec Jazz, Alex avec Tiago et Arel avec Mathis.

Nous refaisons les mêmes choses pendant dix minutes, je ne change pas: je suce et lèche, mais en regardant les autres, je suis déçue de ne pas pouvoir faire pareille parce que je suis une fille.

J’attrape alors le sexe de Jazz donc et caresse sa queue, il se retourna, ensuite je le suce, lèche et lui masse aussi ses petites boules.

Je me mets ensuite face à lui et essaie de chercher mon trou de selles, je trouve enfin et enfonce un peu son sexe dans mon trou.

Je ne vais pas plus loin et fais de petits va et viens.

Jazz laissa sa tête tombée et sembla être ravis.


Mon frère Alex me regarda et il enfonça encore plus son sexe dans le trou de Tiago. Puis on échangea de personne, mais au même moment, on entend des voix nous appeler.


Oui maman ? Passa la tête Alex dans une fenêtre de la cabane perchée.


On va manger dans dix minutes, dépêchez vous les enfants ! Dit maman.


D’accord, répondons.


Je reçois donc pendant cinq minutes le zizi de Jazz et à la différence de Tiago, le sien me paraît plus long malgré son jeune âge.

Il arriva à atteindre le fond de mon trou et toucha carrément le bout.

Tout mon trou est remplit et j'ai peur que cela n’allait pas être doux.

À mon étonnement, je sentis comme de grandes caresses et qui veulent aller plus loin, je tiens quelques secondes plus tard le sol et écarte mes jambes qui glissent de plus en plus que je sois détendue.


On doit y aller maintenant, sinon on va avoir des ennuis, dit Alex.


On remet ça à demain ? Posa Arel.


On peut demander si on peut rejouer après le dînez et on fera un dernier changement de partenaire, dit Alex.


On n’aura pas du tout fait tous les changements, dit Arel.


On finira demain, soupire Alex.


On s’habilla et on alla dînez, puis on dû se laver, maman et papa ne veulent pas et demain matin, ils ne seront pas du tout là et ainsi que les parents de nos amis.

Ils viendront à la maison et on y restera au lieu d’être ensemble dans la cabane toute la journée.


Dans ma chambre, au lit, je sens des petits gestes dans mon trou, comme si j’ai en moi tous les zizis de mes amis de réunis en train de me pénétrer.

Je vois ma porte s’ouvrir, qui est ce ?


Tu dors ? Vis-je Alex.


Non et toi ? Demandais-je.


Je peux te poser une question dis ?


Vas-y, viens ! Lui indiquais-je d’entrer et venir sur le lit.


Il courut sur la pointe des pieds et me poussa gentiment en arrière.

Il m’écarta deux mèches de cheveux et me regarde sans rien dire.


Je peux avoir une pénétration moi aussi ? Posa t’il.


Hein ? Comment ça ? De quoi parles-tu ?


Ce que t’as fait à Jazz, s’il te plaît.

Je peux en avoir une aussi ?

Tu as mis ton trou sur son zizi, précisa t’il.


Oh, je… je me suis lavée et… on est frère et sœur, je ne sais pas si-


J’ t’en pri-ie !! Me fit-il des yeux de chaton.


Je soupire et retire ma chemise de nuit, au même moment, Arel était là et me fit pareil que Alex, je dû satisfaire les deux messieurs et m’allonge à poil.


T’es belle, dit Alex me touchant le sexe.


Tu ne te mets pas au dessus de nous ? Posa Arel.


Minute papillon, il y a debout les parents je te rappelle, me levais-je.


Je les stoppe et regarde avec eux où va maman, elle regarde dans chaque chambre si tout le monde est au lit.

Les garçons me disent qu’ils ont mis deux oreillers pour les remplacer.

Maman n’y entre pas et vint par là.

Je cache mes frères adoptifs et me rhabille, je me mets au lit et attends.


Cinq minutes plus tard, elle va pour de bon dans sa chambre et je pu me déshabiller.

Les garçons vinrent et se déshabillèrent aussi.

Je fais tout d’abord à Alex qui a été le tout premier à me le demander.


Arel me mit le zizi de son frère dans le trou et je commence alors à faire de tous petits va et viens, mon frère ainé adoptif sembla apprécier et me demanda d’accélérer.

Je mets le turbo et à côté, Arel chronomètre, cinq minutes ils ont chacun.

Je fais de grands va et viens et pousse sur mes genoux, sentant que j’ai un peu mal à rester agenouiller au dessus de lui.

Alex me prit les mains, je me penche un peu vers son visage et il m'aida pour rester longtemps sur les genoux.


Je sors mon trou et me repose, Arel a tellement hâte qu’il se met déjà en position, Alex vint me voir et me titille le sexe.

Je rougis et ne dis rien, pourquoi fait-il ça ?

Puis il me caresse avec sa main dessus, j’écarte mes jambes et regarde toute rouge les doigts de mon frère qui se promène sur ma partie intime.

J’ai l’impression soudain de redevenir timide comme le premier jour où je les ai rencontré.

Je regarde et Arel se mêla au jeu.

Il me regarde toute timide et hésitante à demander de stopper.


Il caressa à son tour et entra un doigt dans mon trou au bout d’un moment.

Pourquoi c’est moi qui reçoit pleins d'attouchements alors que c’était eux qui devait en recevoir ?


Puis Arel se met en position ne pouvant plus attendre.

Je le rejoins et me mets dans la position grâce à Alex qui resta derrière moi.

Je fais de tous petits va et viens qui satisfont mon frère Arel qui laissa un petit gémissement partir.


Je suis maintenue par Alex aux fesses, ne pouvant pas faire grand chose, il observe son frère se faire pénétrer par moi, avec mon trou.

Je réussis à rester plus longtemps au dessus de lui et décide d’enfoncer plus loin mon trou, tout le zizi d’Arel est en moi.

Je me fais mal d’un seul coup et grimace.


Mes frères me retirent et découvrent soudain que je saigne, que s’est-il passé ?


Alex me rassure, Arel me lave et appelle maman après s'être enfiler un truc, on est déjà habillés bien avant qu'elle arrive et je dû mentir à maman afin que je sois auscultée.

Alex est sortit avant que maman soit là.

C'est en pleurs et toute seule dans ma chambre que maman me vit et cru mon mensonge:

" J'ai peur, j'ai sentis quelque chose pendant mon sommeil à l'instant".


Le lendemain on partit tôt le matin pour l'hôpital sous le conseil de notre médecin et dans l’après midi, je n’ai pas le droit de sortir, apparemment, j’ai une déchirure anale et dois porter des couches pour ne pas saigner sur les sous-vêtements.

Les parents sortent et les copains ont donc été envoyés ailleurs afin que je ne sois pas du tout gênée en leurs présences de porter de nouveau des langes.


Je reste bras croisés devant la télé et soupire, mes frères me rejoignent et essaient de me réconforter.

Je ne veux pas les voir pour l’instant.


⁃ Tu nous en veux ? Demanda Alex.


Je n’aurais jamais eu ça, si on n’avait pas fait ce truc dégoûtant ! Dis-je.


On avoue, on n’aurait pas dû te pousser à nous faire ça, soupire Arel.


J’admets que j’ai accepté au finale de le faire, mais je ne voulais pas qu’on me juge mal.

Je parle du jeu dans la cabane, mais... mais aussi pour ce qu'on a fait dans ma chambre, expirais-je.


On ne te juge pas mal et si nos amis te disent du mal, n’hésites pas à nous le dire, on est frères et sœur maintenant, sourit Alex.


Merci, souris-je.


Si c’est pas mignon tout ça, allez !! Partons les enfants, allons faire un jeu !! Entendons la voix de papi.


Papi !! Crions de joie.


Nous sortons et jouons dans un parc.

Mes frères prirent plus soins de moi et ne me refirent plus du tout de pénétrations.

Mais de temps à autre, ils me touchent quand ils peuvent ma partie intime juste pour des caresses et titiller mon sexe.



4 Mars 2024 19:51 0 Rapport Incorporer Suivre l’histoire
1
À suivre… Nouveau chapitre Toutes les semaines.

A propos de l’auteur

Solène Suter J’aime écrire, danser, chanter. Dans la vie, je suis passionnée de mode et j’en fais même mon métier. Mon rêve c’est de vivre dans mon imagination et ne plus en sortir. Je me vois vivre dans les dessins animés depuis que je suis petite et ces mondes merveilleux font parti de ma vie. 😊😊

Commentez quelque chose

Publier!
Il n’y a aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier à donner votre avis!
~