david-jessica- David Jessie

Le monde extérieur n'a jamais percé l'énigme qu'est Lucas, l'homme complexe que j'ai découvert derrière son masque de tendresse et de charme. Entre l'image publique qu'il cultive et la réalité de son âme tourmentée, il y a un gouffre abyssal. Marqué par une enfance traumatisante, Lucas projette ses propres cicatrices sur notre relation. À l'âge de onze ans, il m'a modelée pour répondre à ses besoins, à ses attentes, à ses désirs les plus profonds. Qu'il manifeste son amour avec une brutalité déconcertante ou une douceur envoûtante, j'ai toujours accueilli ses émotions avec une acceptation sans réserve. Mais cette dynamique me pousse à une réflexion troublante : ne suis-je pas, en fin de compte, le catalyseur de ses côtés les plus sombres ? Liam est le calme au milieu de la tempête qu'est Lucas. Là où Lucas est passion et intensité, Liam est douceur et tranquillité. Là où Lucas est impulsivité et imprévisibilité, Liam est prévenance et stabilité. Tel un phare dans une mer agitée, il est mon point de repère dans un monde en constante évolution. Ses yeux, d'un bleu profond et vibrant, sont mon havre de paix. Les mots sont inutiles entre nous. Un simple échange de regards suffit à communiquer nos pensées et sentiments. Nos silences sont plus éloquents que n'importe quel discours. C'est dans la profondeur de son regard que je trouve la force de persévérer, de faire face aux défis.


Romance Romance jeune adulte Interdit aux moins de 18 ans.

#trio #secret #sexe #sentiment #amour #homme #femme #frère # #maltraitance #souvenir #cauchemar #beau #abus
1
2.8mille VUES
Terminé
temps de lecture
AA Partager

1. Le Retour De Liam - Ella

Je plonge mon regard dans le miroir, mes yeux capturés par leur propre reflet. Avec une précision chirurgicale, je trace un trait de crayon noir sous mes yeux, comme si je dessinais les contours d'une œuvre d'art. Je prends mon mascara et ajoute du volume à mes cils, les transformant en éventails sombres et séduisants. Je termine par une touche de gloss transparent qui fait briller mes lèvres, comme si elles étaient éclairées de l'intérieur.

Je me tourne ensuite vers ma robe, cette pièce en bleu foncé qui semble presque magique à la lumière. Je l'enfile, chaque couture et chaque pli épousant parfaitement les courbes de mon corps. Elle s'arrête juste au-dessus de mes genoux, assez courte pour être audacieuse, assez longue pour garder un semblant de mystère. Je me fais face dans le miroir, scrutant chaque détail, chaque ombre, chaque reflet.

Mes cheveux blonds, longs et soyeux, sont le prochain point sur ma liste. D'abord, je les rassemble en un chignon élégant, mais l'effet est trop guindé, trop formel pour ce que je recherche ce soir. Je veux être irrésistible, pas intouchable. Alors, je défais le chignon, libérant mes mèches qui tombent en cascade sur mes épaules. Elles encadrent mon visage comme une auréole dorée, ajoutant une touche de douceur à mon allure. Je prends une dernière inspiration, capturant l'image de moi-même dans le miroir. Ce soir, je suis cette femme : audacieuse, mystérieuse, irrésistible. Je suis prête.

Je me penche pour ouvrir la boîte de mes talons aiguilles, ces bijoux en bleu foncé qui complètent parfaitement ma tenue. Je les enfile, sentant immédiatement la transformation. Ils élèvent non seulement ma stature, mais aussi mon assurance. Chaque pas que je ferai ce soir sera une déclaration.

Je prends un moment pour absorber le tout. Me voilà, fin prête pour cette soirée si spéciale, le retour de Liam. Le frère cadet de Lucas, l'homme qui occupe une place centrale dans mon cœur. Ce n'est pas une soirée ordinaire ; c'est le jour où nous célébrons leur adoption. Un jour qui a changé non seulement leurs vies, mais aussi la mienne, tissant des liens indissolubles entre nous tous.

Tante Clarisse sera là aussi, avec son sourire chaleureux et ses anecdotes qui nous font tous rire. Chaque année, c'est comme si le temps s'arrêtait, nous permettant de savourer ces précieux instants en famille. Une famille que j'ai choisie, et qui m'a choisie en retour.

Je prends une profonde inspiration, remplissant mes poumons d'anticipation et d'excitation. Ce soir, je suis plus que prête. Je suis surexcitée, et je sais que quelque chose d'extraordinaire est sur le point de se produire.

Le retour de Liam.

Je quitte ma chambre, mes talons claquant sur le sol comme une mélodie, annonçant le début d'une soirée inoubliable.

Lucas avait quinze ans et Liam onze, le même âge que moi, quand ils ont été accueillis dans la maison familiale de ma tante Clarisse. C'était plutôt inhabituel que ma tante adopte les enfants qu'elle recueillait dans son foyer – habituellement, elle offrait un abri temporaire à ceux dans le besoin. Pourtant, quelque chose chez les frères Roy l'a touchée, tout comme cela m'a touchée. En un instant, ils sont devenus les pièces manquantes de notre puzzle familial, intégrant notre vie avec une aisance déconcertante.

Je me suis investie dans leur bien-être, tout comme tante Clarisse, qui a embrassé son rôle de mère adoptive avec une affection et un dévouement sans bornes. Mon but était de les aider à sortir de leur coquille, de les guider sur le chemin de la guérison et de leur offrir un semblant de normalité dans un monde qui avait été, pour eux, trop chaotique.

Tante Clarisse et moi avons travaillé ensemble pour créer un environnement sûr et accueillant pour Lucas et Liam. Les années ont passé, et notre famille de cœur est devenue plus forte et plus soudée que jamais. Aujourd'hui, je ne peux pas imaginer ma vie sans Lucas et Liam, ces deux frères qui sont devenus une partie intégrante de mon monde.

Liam s'est rapidement ouvert, comme une fleur au premier rayon de soleil. Nous avons tissé des liens forts, presque instantanément. Lucas, en revanche, était une énigme. Il nous observait de loin, un sourire timide éclairant son visage chaque fois qu'il voyait son frère heureux. Mais il restait silencieux, du moins en présence de tante Clarisse et de Liam. Quand nous étions seuls, c'était une tout autre histoire. J'ai été la première à entendre sa voix, cette voix brisée mais douce. La première à réaliser à quel point il était fracturé, bien plus que ce que son silence laissait transparaître.

Alors je me suis donnée corps et âme pour l'aider, pour être le phare dans la tempête de sa vie. Et ce faisant, je suis tombée amoureuse de lui. Pas juste un amour de jeunesse, mais un amour profond, viscéral, qui s'est enraciné en moi dès cette première nuit. Un amour qui a englobé tout mon être, mobilisé toutes mes forces. Je l'ai aimé avec une intensité que je n'aurais jamais cru possible, et ce, dès le premier instant où j'ai entendu sa voix tremblante dans l'obscurité.

Et alors, presque comme par magie, notre famille a commencé à s'épanouir, à prendre racine dans les profondeurs de nos cœurs. Tante Clarisse, qui avait perdu son sourire et une partie de son âme après la mort de son cher mari, oncle Victor, a retrouvé sa joie de vivre. Les garçons étaient comme un baume pour son cœur meurtri. Elle ne se contentait plus de sourire ; elle riait, un rire authentique qui résonnait comme une mélodie dans notre maison.

C'était comme si Lucas et Liam avaient apporté avec eux une sorte de lumière, une étincelle qui avait rallumé la flamme en chacun de nous. Tante Clarisse était redevenue cette femme vibrante et pleine de vie que j'avais toujours connue, et cela, grâce à eux. Elle était comme une fleur qui avait enfin reçu assez de lumière et d'eau pour s'épanouir à nouveau.

La transformation était palpable, presque tangible. Nous étions plus qu'une simple collection d'individus sous un même toit ; nous étions une famille, unie par des liens plus forts que le sang, des liens forgés dans l'amour, le respect et une compréhension mutuelle. Et chaque sourire, chaque éclat de rire de tante Clarisse, était une confirmation que nous avions tous trouvé notre place, notre véritable chez-nous.

Pour ma part, Lucas et Liam m'ont enseigné que l'amour authentique, le genre qui transcende tout, peut réellement exister. Ils m'ont montré que peu importe la distance qui nous sépare, peu importe les tourments qui peuvent briser une âme, l'amour a le pouvoir de tout guérir. Il peut transformer un cœur de pierre en un puits d'émotions en un instant. C'est grâce à cette révélation, et à eux, que j'ai pu surmonter la perte dévastatrice de mes parents dans un tragique accident de voiture.

Je n'avais que quatre ans quand ils sont partis, et leur absence a laissé un abîme dans mon cœur, un vide que je n'aurais jamais imaginé pouvoir combler. Parfois, dans le doux voile de mes rêves, je vois le visage lumineux de ma mère, comme une étoile dans la nuit noire. J'entends la voix apaisante de mon père m'appeler "sa princesse aux boucles d'or". Je ne sais pas si ces fragments sont des souvenirs réels ou simplement des rêves nés de mon imagination. J'aurais pu poser la question à tante Clarisse, mais je ne veux pas rouvrir ses propres blessures en évoquant mon père, son frère perdu.

Alors, je garde mes doutes pour moi, nourrissant l'espoir que ces rêves soient des souvenirs, des éclats de vérité cachés dans les recoins de ma mémoire. Et même si ces images et ces sons ne sont que des illusions, ils sont devenus une partie de moi, tout comme Lucas, Liam et tante Clarisse. Ensemble, nous avons créé une nouvelle réalité, une réalité où l'amour, dans toute sa complexité et sa beauté, est la force qui nous unit et nous guérit.

L'histoire des garçons avant leur arrivée chez nous est une tout autre affaire, une sombre réalité qui dépasse l'entendement. Ils ont connu l'enfer sur terre dès leur plus jeune âge : maltraitance, famine, pauvreté, abus... une liste interminable de souffrances qui ont marqué leur enfance. Ils ont appris très tôt que le monde pouvait être un endroit cruel, impitoyable et dépourvu de toute compassion.

Lucas, même à l'âge tendre de quatre ans, avait déjà endossé le rôle de protecteur pour son frère nouveau-né. Avec ses petites mains, il le nourrissait comme il le pouvait, partageant chaque miette, chaque goutte d'eau. En grandissant, il a appris à défendre Liam avec une ferveur et une détermination que même certains adultes n'auraient pas pu égaler. Chaque fois qu'un coup était destiné à Liam, Lucas intervenait, se mettant en travers du chemin de la violence. Il protégeait son frère comme leurs parents auraient dû le faire, comme si sa propre vie en dépendait.

Il a fait cette promesse silencieuse à l'âge de quatre ans : ne jamais abandonner Liam, la prunelle de ses yeux, le seul être pour lequel il avait trouvé la force de rester debout pendant ces quinze années d'horreur. Lucas était plus qu'un frère ; il était le rempart entre Liam et le monde cruel qui les entourait, un gardien inébranlable contre les tempêtes de la vie. Et cette promesse, ce serment silencieux, est devenu le ciment qui a uni ces deux âmes brisées, leur permettant de trouver un semblant de paix et d'amour dans un monde qui en manquait cruellement.

Je secoue la tête, repoussant ces pensées sombres qui menacent de gâcher ce moment. Je ne peux pas, je ne veux pas imaginer les deux hommes de ma vie subir de telles atrocités. Un coup frappé à la porte de la salle de bain me sort de mes réflexions, et Lucas apparaît dans l'encadrement. Nos yeux se verrouillent, et je suis immédiatement happée par l'intensité de son regard gris-noir, qui pétille d'une excitation à peine contenue. Un sourire doux, presque mystérieux, étire ses lèvres, et mon cœur s'emballe.

Je laisse mon regard dériver sur lui, savourant chaque détail. Son jean bleu foncé, presque aussi sombre que le ciel nocturne, moule parfaitement ses longues jambes. Sa chemise bleu clair, légèrement déboutonnée, offre un aperçu de son torse sculpté, comme une œuvre d'art en mouvement. C'est comme si chaque fibre de son être avait été façonnée pour me captiver.

Sans rompre notre contact visuel, Lucas s'avance vers moi. Il prend délicatement mon visage entre ses mains, comme si j'étais la chose la plus précieuse au monde. Ses paumes sont chaudes, rassurantes, et je me perds dans la profondeur de son regard. C'est comme si le temps s'était arrêté, comme si nous étions les seuls êtres dans cet univers. Et dans cet instant, je sens une vague d'émotions m'envahir, un mélange de bonheur, d'anticipation et d'un amour si intense qu'il en devient presque tangible. Je sais que ce moment est le prélude à une soirée qui promet d'être inoubliable, tout comme l'amour que nous partageons.

— Ella, tu es un rêve devenu réalité, murmure-t-il avec une tendresse qui fait écho à l'amour dans mon cœur.

Il enroule délicatement ses bras autour de ma taille, créant un cocon protecteur qui me fait sentir en sécurité. Ses lèvres, aussi douces que le velours et aussi chaudes que le soleil d'été, trouvent leur place sur mon front, comme si elles étaient destinées à y rester. Il prend une profonde inspiration, comme pour mémoriser l'essence même de ce moment, avant d'embrasser mes lèvres avec une passion débridée qui me fait frissonner d'excitation.

Mes doigts s'emmêlent dans ses cheveux noirs comme la nuit, chaque mèche soyeuse entre mes doigts est un fil qui tisse notre amour. Je le tire plus près de moi, chaque centimètre de son corps contre le mien est une déclaration d'amour silencieuse mais puissante. Mon amour pour lui est aussi profond que l'océan, aussi infini que le ciel. Je ferais n'importe quoi pour lui, et je sens dans son étreinte qu'il ressent la même chose.

Notre amour a toujours été inébranlable, dès le premier instant où nos regards se sont croisés. Il était peut-être juste un adolescent de quinze ans et moi une fillette de onze ans, mais l'amour ne comprend pas l'âge. Il m'a ensorcelée ce jour-là avec ce petit quelque chose dans son regard, un éclat qui m'a attirée comme un papillon vers la lumière. Il a fait fondre mon cœur, et depuis lors, je suis amoureuse de lui, aussi follement et complètement que le premier jour.

— À quoi tu penses, Ella ? me demande-t-il, sa voix est comme une caresse, laissant derrière elle un frisson d'anticipation.

— À toi, mon bel amour.

— Ah, je vois... murmure-t-il, son regard s'intensifiant, la fièvre de l'amour illuminant ses beaux yeux.

Avec un mouvement rapide et assuré, Lucas me pousse contre la porte froide de la salle de bains. Son corps contre le mien crée une chaleur qui contraste fortement avec le froid du métal derrière moi, provoquant une onde de désir qui me submerge. Il n'y a pas une once d'hésitation en lui, seulement un besoin sauvage qui ne fait que renforcer mon propre désir.

Sa main monte rapidement sous ma robe, effleurant ma culotte en dentelle bleu marine. Il fait courir ses doigts le long du bord de la dentelle, une caresse qui fait frissonner ma peau. La sensation de sa peau contre la mienne éveille une envie en moi que je n'aurais jamais cru possible. Mon dos se cambre instinctivement, un gémissement s'échappant de mes lèvres, attirant un râle de satisfaction de Lucas.

Il y a une fureur dans ses gestes, une intensité qui prend racine dans cette part sombre de lui que le reste du monde ignore. C'est cette part de lui qui l'a poussé à me plaquer contre la porte, qui l'a conduit à explorer mon corps avec une telle passion. Lucas n'est pas un homme à prendre à la légère, et cette part de lui est une preuve de sa nature complexe.

Son baiser est plus féroce, plus sauvage, comme s'il cherchait à marquer mon âme de son empreinte. Il a une soif insatiable, une faim qui ne peut être apaisée que par moi. Et alors que je me perds dans son étreinte, je sais que je ne voudrais être nulle part ailleurs. À cet instant, je suis à lui, totalement et inconditionnellement.

Sans avertissement, et sans douceur, Lucas insère brusquement deux doigts en moi. Je gémis, surprise et ébranlée par cette intrusion abrupte, mais aussi par le plaisir qui en découle. Sa main gauche se plaque fermement contre ma gorge, un geste qui renforce l'intensité de l'instant.

Ses doigts bougent avec une rapidité qui me fait tourner la tête. Mes jambes tremblent, menaçant de céder sous ce soudain assaut de désir. Il n'y a aucune retenue en lui maintenant, seulement la fureur crue et brute qui caractérise cette part sombre de lui.

C'est un côté de Lucas que le monde ignore, mais que je connais intimement. Cette part sauvage de lui, cette force brute qui le conduit à prendre ce qu'il veut sans hésitation. C'est effrayant et enivrant en même temps, une tempête de sensations qui me submerge complètement.

Mes gémissements se transforment en cris alors que je m'accroche à lui, mes ongles creusant dans sa peau. Chaque mouvement de ses doigts en moi éveille un feu que je ne savais pas capable de brûler si violemment. Je suis à sa merci, perdue dans la tempête de désir qu'il a déchaînée en moi.

Et pourtant, malgré la fureur de son attaque, je n'échangerais cette expérience pour rien au monde. Parce que c'est Lucas, avec toutes ses imperfections et ses côtés sombres, qui me fait ressentir une telle passion. Et je sais que je succomberais encore et encore à cette part sombre de lui, parce que c'est cette part sombre qui le rend irrésistible à mes yeux.

Ses mains aux doigts fins connaissent chaque recoin de mon corps, chaque courbe et chaque creux. Elles sont comme une mélodie sur ma peau, jouant le plus doux des airs. L'odeur de son après-rasage m'enivre, son parfum masculin se mélangeant à l'air humide de la salle de bains pour créer une fragrance unique qui n'appartient qu'à lui.

Et lui, l'homme qui m'a transformée, qui m'a aidée à devenir la femme que je suis aujourd'hui, est tout ce que j'aime. Chaque instant passé avec lui est un cadeau, chaque souvenir un trésor que je garde précieusement. Je l'aime, plus que les mots ne peuvent exprimer, plus que je n'ai jamais aimé.

— Allez, arrêtez de batifoler, vous deux ! crie ma tante depuis le bas des escaliers. Liam devrait arriver d'une minute à l'autre.

Lucas se détache de moi à contrecœur, un sourire retenu sur ses lèvres. Il est vrai que cela fait un an que nous n'avons pas vu Liam, et l'excitation de le revoir est palpable. Je lisse ma robe froissée par notre étreinte passionnée avant de faire de même avec la chemise noire de Lucas.

D'un geste tendre, je déboutonne le haut de sa chemise, créant une ouverture qui laisse entrevoir son torse musclé. Puis, me hissant sur la pointe des pieds, je dépose un baiser chaste mais prometteur sur ses lèvres pulpeuses. Sa langue me répond avec impatience, son désir clair et indéniable. Entre nous, c'est un mélange d'amour et de passion, une union de force et de douceur.

— Je t'aime, je murmure, mes mots se perdant dans l'espace entre nous.

— Et moi, je t'aime encore plus, me répond-il, son sourire illuminant son visage. Ses paroles réchauffent mon cœur, une confirmation silencieuse de l'amour inébranlable que nous partageons.

Il empoigne ma main, ses doigts s'entrelaçant parfaitement avec les miens, et m'entraîne à travers le couloir. Nous descendons les escaliers, chaque marche nous rapprochant de la suite de la soirée. Alors que nous atteignons le salon, la porte d'entrée s'ouvre brusquement. Mon souffle se fige, comme capturé par l'anticipation. Et puis Liam franchit le seuil, et mon cœur explose dans une symphonie de joie et de soulagement.

Je ne peux contenir mon excitation. Je me précipite vers lui, sautant à son cou dans un élan d'affection si puissant qu'il en est presque électrique. Liam recule un instant, déséquilibré par mon accueil enthousiaste, mais il se rattrape en s'appuyant contre la porte. Ses bras m'encerclent alors, et nous nous enveloppons l'un contre l'autre avec une intensité qui semble vouloir compenser chaque seconde passée loin l'un de l'autre.

Comme il m'a manqué !

L'étreinte est un mélange de nostalgie et de pur bonheur, comme si nous essayions de condenser des mois de séparation en ce seul et unique moment. Je ferme les yeux, me laissant submerger par cette sensation d'unité, ce sentiment d'appartenance. Et dans cet instant, je sais que je suis exactement là où je suis censée être, entourée des deux hommes qui remplissent mon monde de sens et d'amour.

Je respire profondément, m'imprégnant de son parfum Opium que je lui ai offert l'année dernière. Le doux arôme me remplit de nostalgie et de bonheur, et je ne peux m'empêcher de sourire, mon visage enfoui dans le creux de son cou. Ah, comme il m'a manqué, ce deuxième homme de ma vie, cette autre moitié de mon cœur ! Il est mon meilleur ami, mon confident, mon éternel soutien.

Je me sens envahie par une vague d'émotions, un mélange de soulagement, de joie et d'un amour si profond qu'il en est presque vertigineux. Dans cet instant, je suis pleinement consciente de la chance que j'ai de l'avoir dans ma vie, de nous avoir tous les trois réunis ici, en ce moment. C'est comme si chaque pièce du puzzle de ma vie avait enfin trouvé sa place, créant une image complète et magnifique. Mon monde est enfin complet, et je ne pourrais pas être plus heureuse. Je redescends de ses bras et prends un moment pour vraiment l'observer.

Mon Dieu, comme il est devenu beau !

Un an seulement, et il a tellement changé. Il a pris du poids, mais de la bonne manière, avec des muscles qui dessinent maintenant son torse et ses bras. Il est aussi grand que Lucas maintenant, une stature imposante qui lui donne une présence indéniable. Ses cheveux, autrefois courts, ont maintenant poussé jusqu'à mi-longueur, ajoutant une touche rebelle à son allure déjà séduisante. Et ce visage, aux traits si parfaitement sculptés, m'a manqué plus que je ne saurais le dire.

Sans réfléchir, je bondis de nouveau dans ses bras, le serrant si fort que je pourrais presque le briser. Il éclate de rire, un rire chaleureux et contagieux qui résonne comme une mélodie dans la pièce.

— Plus jamais tu ne pars, Liam ! je murmure, ma voix tremblante d'émotion, au creux de son oreille. Plus jamais tu ne m'abandonnes.

— Promis, répond-il, sa voix empreinte d'une assurance qui me réchauffe le cœur. Ses bras restent fermement enroulés autour de ma taille, comme s'il voulait sceller cette promesse par le contact physique. Je suis là pour de bon cette fois-ci, alors prépare-toi à me supporter pour un bon bout de temps.

Ces mots, simples mais chargés de sens, font écho en moi comme une douce mélodie. Ils sont la confirmation de ce que je savais déjà : que nous sommes inextricablement liés, que notre amour et notre amitié sont des forces indomptables.

Je ferme les yeux, savourant la douceur de cet instant, le soulagement qui s'empare de moi à l'annonce de son retour définitif. Trois longues années se sont écoulées depuis son départ, trois années pendant lesquelles un vide insupportable s'est installé dans nos vies. Et maintenant, enfin, il semble avoir compris que sa place est ici, avec nous, et non à des milliers de kilomètres de distance.

— Je commence à être jaloux, dit Lucas, son visage affichant une ombre de jalousie feinte. Peut-être que j'aurais dû réfléchir à deux fois avant d'insister pour que tu reviennes vivre avec nous.

À contrecœur, je me détache de l'étreinte de Liam pour laisser place à Lucas. Les deux frères s'enlacent dans un geste empreint de tendresse et d'amour fraternel. Je les observe, les yeux légèrement embués. C'est un moment poignant, chargé d'émotions que je n'aurais manqué pour rien au monde. Lucas a toujours eu du mal à accepter que son petit frère ait grandi, qu'il soit maintenant capable de prendre ses propres décisions et de vivre sa vie comme il l'entend.

Après un moment qui semble à la fois éternel et trop court, Lucas relâche son frère, et c'est au tour de tante Clarisse de le prendre dans ses bras. Elle l'étreint avec une tendresse qui ne laisse place à aucun doute : cet homme est son fils, dans tous les sens du terme, et elle l'aime comme tel.

Une fois les effusions et les retrouvailles terminées, nous nous dirigeons vers le salon pour nous asseoir. Lucas et Liam prennent place de chaque côté du canapé, et je m'installe confortablement entre eux, comme un lien unissant les deux frères. Tante Clarisse s'installe dans son fauteuil préféré, et sans perdre de temps, elle commence à interroger Liam sur sa vie à Marseille.

Il nous parle avec enthousiasme de son expérience là-bas, décrivant la ville comme un endroit fantastique où il aurait pu être heureux. Il ajoute qu'il aurait aimé que nous le rejoignions, mais cela était impossible pour Lucas. Mon regard se pose sur Lucas, qui écoute attentivement son frère. Je sais que Lucas tient à son poste au commissariat ici, à ses collègues et à la vie qu'il a construite. L'idée de tout recommencer, de repartir de zéro dans un nouvel environnement, surtout un où il ne connaîtrait personne, ne l'attire pas du tout.

Tante Clarisse, qui a passé toute sa vie dans cette maison, ne pouvait pas concevoir de la quitter. Et moi, j'aurais pu suivre Liam. J'aurais pu tout abandonner pour être à ses côtés. Mais la vérité, c'est que Lucas a besoin de moi d'une manière que Liam n'a jamais vraiment comprise. Je sais qu'ils ont tous les deux vécus des horreurs inimaginables, qu'ils ont tous les deux été marqués par des tourments qui les suivront toute leur vie. Mais Lucas a besoin d'un ancrage, d'un point fixe dans ce monde chaotique pour l'aider à garder la tête hors de l'eau.

Je reste ici pour Lucas, pour être son refuge dans les tempêtes qu'il affronte en silence. Je reste pour le protéger de cette fureur, de cette part d'ombre que le reste du monde ne voit pas, ne peut pas voir. Je reste pour sauver son cœur meurtri, pour l'aider à combattre les démons qui le hantent jour et nuit, et qui, je le crains, le hanteront toujours.

Je regarde Lucas, puis Liam, et enfin tante Clarisse. Et je sais que, malgré les chemins différents que nous avons pris, malgré les distances qui nous ont séparés, nous sommes une famille. Nous sommes liés par quelque chose de plus fort que la géographie, plus fort que les circonstances, plus fort même que les démons qui nous hantent. Nous sommes liés par l'amour, et c'est cet amour qui nous ramène toujours les uns vers les autres, qui fait de cette maison, de ce salon, notre véritable chez-nous.

Après avoir partagé les détails de sa vie à Marseille, Liam nous laisse pour monter dans sa chambre et s'occuper de sa valise. Lucas et moi, après avoir aidé tante Clarisse à ranger les tasses éparpillées, décidons de le rejoindre. Je toque doucement à la porte de sa chambre, et il nous ouvre, arborant un sourire qui pourrait éclairer une pièce entière. Il s'écarte pour nous laisser entrer. Lucas prend place à une extrémité du lit, et je m'assois à côté de lui.

Nous observons Liam en train de sortir ses affaires de sa valise pour les ranger dans son armoire. Chaque mouvement qu'il fait semble empreint d'une certaine nostalgie, comme s'il redécouvrait un monde qu'il avait laissé derrière lui. Je regarde Lucas, qui semble également absorbé par la scène, et je me rends compte à quel point ce moment est précieux. C'est comme si, en regardant Liam ranger ses affaires, nous assistions à un rituel de retour, un acte symbolique qui signifie qu'il est vraiment de retour parmi nous.

— Pourquoi tu ne m'as pas dit que Liam revenait ? je demande à Lucas, la curiosité piquée.

— C'était censé être une surprise, répond-il, un sourire mystérieux ourlant ses lèvres.

— Ah, je comprends, dis-je, un sourire reconnaissant se formant sur mon visage. Merci d'avoir réussi à le ramener.

— Hé, il n'a pas eu à me convaincre, s'insurge Liam en levant les yeux de son armoire. Je comptais déjà revenir.

— Bien sûr, réplique Lucas, sarcastique. Si je ne t'avais pas un peu poussé, tu serais resté là-bas indéfiniment, idiot. Et ne pense même pas à repartir aussi loin, sinon je te tue, tu m'entends ?

Sur ces mots, Lucas saisit un oreiller sur le lit et le lance en direction de Liam, soulignant son point de manière théâtrale.

— Ok, s'exclame Liam, ramassant l'oreiller à ses pieds avec un air triomphant. Je suis ravi de savoir que je suis l'élément irremplaçable de cette famille. Que feriez-vous sans moi, sérieusement ?

— Tes chevilles vont bien, au moins ? je lance, amusée par son arrogance feinte.

— Oh, tu es trop gentille de t'en soucier, Ella, mais mes chevilles vont parfaitement bien. Quoique, maintenant que tu en parles, elles me semblent un peu douloureuses, rétorque Liam, un sourire malicieux aux lèvres. L'un de vous deux serait-il volontaire pour un petit massage des pieds ?

Lucas se redresse, son visage illuminé par un bonheur pur et simple. Quel plaisir de les voir ensemble ainsi ! Il saisit un autre oreiller et commence à frapper son frère en riant. Liam riposte, et en un instant, nous voilà tous les trois armés d'oreillers, nous frappant mutuellement dans un éclat de rires et de joie. C'est comme un retour en arrière, un rappel de nos jours d'adolescence.

La bataille d'oreillers s'étend sur un peu plus d'une heure, jusqu'à ce que Liam, à bout de souffle, s'effondre sur le lit, l'air heureux mais épuisé. C'est un de ces moments qui capturent l'essence même de ce que signifie être une famille : l'amour, la complicité, et ces instants de pur bonheur qui, même simples, restent gravés dans nos mémoires pour toujours.

— Ok, je capitule, souffle Liam, visiblement épuisé mais heureux. Je suis à bout.

— Alors, on se fait un film d'horreur ce soir ? je propose, l'enthousiasme perçant dans ma voix.

Ils acquiescent tous deux, leurs visages s'illuminant de sourires complices. Une vague de joie m'envahit et je ne peux m'empêcher de sauter sur place, un rire joyeux résonnant dans la pièce.

Je me précipite ensuite vers la cuisine, mes pieds frappant les marches en bois de l'escalier avec une légèreté aérienne. Rapidement, je saisis trois canettes de Coca fraîches du réfrigérateur. Je ne peux pas oublier les snacks - une grande boîte de popcorn au beurre salé et un sac de chips croustillantes.

Canettes et snacks à la main, je remonte les escaliers avec une hâte enfantine. Je m'installe confortablement entre mes deux hommes préférés, un bras autour de chacun d'eux. La chaleur de leur présence à mes côtés amplifie ma joie, et je me sens entière, à ma place, entre ces deux piliers de ma vie.

Alors que le film ne fait que commencer, un sursaut me parcourt à la première scène d'action. Liam éclate de rire à ma réaction, son rire contagieux remplissant la pièce. Parallèlement, Lucas, toujours le protecteur, me serre plus fort dans ses bras musclés, son souffle chaud caressant mon oreille alors qu'il murmure des promesses de protection.

Pour la durée du film, plus d'une heure et demie, je reste là, nichée entre Liam et Lucas, un sourire constant sur mon visage. La présence de Liam, son retour après si longtemps, ajoute une joie supplémentaire à la soirée. En fait, depuis qu'il est revenu, je réalise que mon sourire semble avoir trouvé une place permanente sur mon visage. C'est une soirée parfaite, remplie de rires, d'amour et d'amitié, un moment à chérir pour toujours.

Lucas s'endort quelques minutes avant la fin du film, son souffle régulier et apaisant remplissant la pièce. Liam, cependant, semble avoir passé l'essentiel du film à me regarder plutôt qu'à regarder l'écran. Sa main a frôlé la mienne à plusieurs reprises, ses doigts délicats et fins caressant ma peau avec une douceur envoûtante.

Je me décale légèrement, collant mon dos contre le torse de Lucas qui dort paisiblement derrière moi. Je fixe Liam intensément, retrouvant dans ses yeux la familiarité d'un temps passé. Je me souviens de ces moments où nous pouvions passer des heures à nous regarder, à nous perdre dans les yeux de l'autre, à nous noyer dans la profondeur de nos regards.

Et puis, nous nous endormions ainsi, dans un silence rempli d'amour et d'une compréhension silencieuse. C'est juste comme avant, et cette familiarité réchauffe mon cœur. Je sens que, malgré le temps qui a passé, notre lien n'a pas faibli. Au contraire, il semble s'être renforcé, prenant racine dans les profondeurs de notre amitié.

16 Novembre 2023 07:19 0 Rapport Incorporer Suivre l’histoire
0
Lire le chapitre suivant 2. Son bonheur avant le mien - Lucas

Commentez quelque chose

Publier!
Il n’y a aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier à donner votre avis!
~

Comment se passe votre lecture?

Il reste encore 34 chapitres restants de cette histoire.
Pour continuer votre lecture, veuillez vous connecter ou créer un compte. Gratuit!