cristalverte mira mira

❙ 𝙉.𝙊.𝙎. ❝ nabil et aléa ❞ 𝐑𝐈𝐄𝐍 ne peut rester immuable ça ne fait qu'augmenter la douleur soit fière de tes cicatrices elles font de toi ce que tu es ➥ nabil andrieu, pnl 𝟏𝟎 𝐣𝐮𝐢𝐧 𝟐𝟎𝟐𝟐 »


Romance Romance jeune adulte Tout public.

#wattpad #fanfiction #inkspiredstory #pnl #nabil #rap
2
879 VUES
En cours - Nouveau chapitre Tous les 2 jours
temps de lecture
AA Partager

prologue

ALÉA




𝐎𝐂𝐓𝐎𝐁𝐑𝐄 𝟐𝟎𝟏𝟐

𝟐𝐇𝟑𝟎


La pluie tombait sur mon visage et résonnait de façon désagréable à l'intérieur de mon cerveau.

Mon souffle augmentait, doublait en intensité, ma cage thoracique gonflait dans des mouvements rapides et inquiétants.


Mes pieds aussi commençaient à s'alourdir, ils étaient complètement endoloris par le froid et la souffrance. Je marchais finalement en direction de l'immeuble gris qui me faisait face. Souvent, je me rendais ici. Beaucoup trop souvent. Mais jamais en pleine nuit.


Ce n'était pas la meilleure décision à prendre, je le savais. Mais ma tension montait au fil des heures, des minutes, des secondes. Je ne pouvais pas faire autrement.


Je poussais enfin, non sans difficultés, la porte de l'immeuble. L'odeur de cigarette qui émanait et qui arrivait dans mes narines augmentait légèrement mon pouls. J'essuyais finalement mon visage trempé à cause de la pluie mélangée à quelques larmes de colère et je remettais ma casquette sur mes cheveux.


Les larmes coulaient une nouvelle fois lorsque je m'approchais de l'ascenseur. Je ne faisais rien, je regardais dans le vide en frissonnant de froid. Mon état d'esprit actuel ne faisait qu'empirer ces temps-ci et je croyais bien que cette fois-ci j'avais atteint l'apogée. Ma famille ne voulait plus m'adresser la parole et j'avais comme unique recours, cet endroit. J'étais instable, j'en avais particulièrement conscience, encore plus maintenant.


Je prenais mon téléphone en main, cette dernière tremblait énormément et j'actionnais le bouton qui me permettait d'appeler quelqu'un. Lui.


Je m'adossais au mur à côté de l'ascenseur, le temps que le téléphone sonnait. Quelques instants après, une voix rauque se faisait entendre à l'autre bout du fil.


— Allo ? disait-il.


— J'suis désolée de te déranger à cette heure-ci vraiment, je raclais ma gorge dans un moment de gêne, j'ai vraiment besoin de toi, de ça.


Je l'entendait râler à l'autre bout du fil, et je devinais une expression désagréable sur son visage froid.


— C'est toi Aléa ?


— Oui.


Je ne pensais pas qu'il me reconnaîtrait si vite, mais après tout il avait l'habitude de me voir et de recevoir aussi mes appels. Il soufflait avant de reprendre la conversation.


— T'as vraiment de la chance que je dormais pas sinon j'te dirais bien d'aller te faire voir, un petit rictus apparaissait sur mon visage, mais bon, t'es où là ?


Je soufflait avant de me redresser, reluquant au passage la dégaine affreuse que je me permettait ce soir-là.


— Je suis dans ton hall.


— Hein ?! s'exclamait-il.


Je l'entendait rire légèrement avant de me confirmer qu'il allait bien descendre avec ce dont j'avais besoin puis il raccrochait son cellulaire.


J'allumais ma dernière cigarette le temps qu'il descende. Et je dirais que c'était celle de trop puisque je me mettais à tousser la seconde d'après. J'étais presque à l'agonie. Je mettais ma main sur ma poitrine en essayant de prendre une respiration régulière pendant que le brun passait le pas de la porte qui menait aux escaliers.


— Wesh Aléa, il courait vers moi, inquiet, pendant que ma toux se calmait.


— T'as encore abusé toi putain, il me dévisageait en mettant sa main sur mon épaule, j'vais plus rien te vendre à toi.


Je me redressait pendant qu'il attrapait la cigarette à moitié consumée que je tenais encore entre mes doigts pour la porter à ses lèvres. Il tirait dessus et il m'admirait encore pour constater à quel point j'avais une mine affreuse et d'énormes cernes qui descendaient jusqu'au cou. Je tourna la tête sur le côté pour éviter son regard.


— Ça va pas ?


Non ça n'allait pas. Évidemment. Mais je ne voulais sûrement pas parler de mes problèmes avec lui. On ne se connaissait pas personnellement, juste pour ce qu'il me vendait.


— T'inquiète c'est rien, j'ai juste besoin de fumer et j'ai plus rien.


— Hmmm je vois, lançait-il d'une voix presque inaudible, il savait très bien que c'était faux.


Il se mettait à fouiller dans sa poche pour en sortir un petit sachet. Je le regardais faire, mon temps de réaction était long et mes tempes étaient plus que douloureuses. Je finissais par attraper le sachet et le remettre dans ma poche cette fois-ci.


— Fais attention à toi quand même, le brun plissait les lèvres avant de reposer les yeux sur mon visage cerné, j'veux pas qu'il t'arrives quelque chose de con.


Un faux sourire, un sourire forcé, se dessinait sur mes lèvres puis je lui donnais son argent qu'il empochait directement.


— Ne t'en fais pas pour moi, tout va bien, je mentais, en redressant ma casquette sur mon crâne.


— Vas-y, j'te dis pas à bientôt, j'veux pas te revoir hein.


Il souriait avant de me faire dos pour repartir en direction des escaliers de son immeuble délabré.


— Merci Tarik, je soufflais.





𝐢𝐧𝐬𝐭𝐚 : @𝐜𝐫𝐢𝐬𝐭𝐚𝐥𝐯𝐞𝐫𝐭𝐞

17 Juillet 2022 23:23:11 0 Rapport Incorporer Suivre l’histoire
1
À suivre… Nouveau chapitre Tous les 2 jours.

A propos de l’auteur

Commentez quelque chose

Publier!
Il n’y a aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier à donner votre avis!
~