artii Written By Artemis

Une jeune fille âgée de 17 ans déménage, elle commence une nouvelle vie dans cette ville avec sa tante, où elle va connaître l’amitié, l’amour, la déception, les regrets et pleins d’autres choses. Elle sera confrontée a des choix mais tout peut bascule d’un instant à l’autre…. Tout dépend du point de vue.


Aventure Déconseillé aux moins de 13 ans.

#["Aventure","choix ","Friend","amitier","amour","just","pointdevue"]
0
26 VUES
Terminé
temps de lecture
AA Partager

Chapitre 1 : Just me

Par où commencer? Peut-être par le début, où je suis arrivée.


On est parti tôt ce matin là, en roulant vers l'aéroport ma tante ne cessait de se répéter "il faut qu'on fasse ceci et cela, la seule réponse qu'elle obtient de moi c'est un simple regard. Ma mère est constamment en déplacement, elle travaille dans l'immobilier, elle est une sorte de diagnostiqueuse immobilier et mon père, bonne question, je n'en ai aucune idée, je ne le connais pas, il pourrait très bien être dans une tombe ou bien dans un casino à Las Vegas ou alors se la couler douce quelque part sur cette Terre, ma mère m'en a jamais parle, elle évite le sujet, à chaque fois.


Donc depuis mon plus jeune âge c'est ma tante qui s'occupe de moi, elle a trouvé un nouveau boulot, c'est pour ça qu'on déménage, encore un trou paumé dont on peut même pas retenir le nom.


Une fois arriver, je m'arrête face à une maison, on dirait un manoir, un peu sombre.


C'est glauque.


Je me décide à entrer, la porte grince, elle doit être vieille cette maison, je pousse la pile de carton face à moi et monte les escaliers, il fait plutôt sombre mais c'est calme.


Ma tante monte les escaliers à son tour, m'adresse un sourire avant de me dire :


-"C'est vrai que c'est poussiéreux et dans un état pas possible mais donne moi une semaine et tu verras cet endroit sera flambant neuf." Je suis à la fois amusée et admirative, ma tante a beaucoup d'espoir, selon moi pour tout nettoyer ça va prendre au moins un mois et encore. Une planche du plafond tombe subitement, ma tante pousse un petit cris de frayeur et me regarde amusé par sa propre réaction puis redescend les escaliers :


-"Allons manger un morceau avant que le plafond nous tombe sur la tête."


Le soir venu en cherchant mon chargeur dans les cartons qui emplissent ma chambre je tombe sur une photo de ma tante et ma mère au lycée, elle se ressemble beaucoup toutes les deux, je la range et continue ma recherche.


La semaine qui suivie passa rapidement, je n'ai même pas vu le temps passé, je décide de sortir, histoire de découvrir chaque recoin de cette ville, le nouveau travail de ma tante lui prend tout son temps le matin elle part sans même prendre le temps de déjeuner.


Aujourd'hui j'ai fini sur un pont, tous est si calme, il n'y a personne aux alentours, puis brusquement il se mit à pleuvoir, au même moment j'aperçus qu'en dessous du pont se trouve des rails de trains, je pense qu'aucun train n'a circulé ici depuis longtemps, un arbre a même poussé en plein milieu.


On trouve un peu de tout dans cette ville, il y a un bar, un coiffeur, des magasins mais rien qui attire ma curiosité, je suis allée à ce qui sera mon futur lycée et je sens que je vais vouloir me jeter de ce pont au bout d'une semaine.


En rentrant je retrouve ma tante endormit sur une pile de dossiers, une tasse de café à la main, la télévision allumée. J'attrape la télécommande pour l'éteindre et je range tout les cartons, cette maison ressemble au moins à quelque chose maintenant. Je recouvre ensuite ma tante d'une couverture et monte me coucher, demain je dois aller au lycée oú je ne connais personne, une nouvelle en plein trimestre, on adore.


Le lendemain .


On ne peut pas dire que ce matin je me suis levée avec une grande motivation, j'ai même failli faire demi tour à plusieurs reprise sur le chemin. Voir ce lycée et tous ces gens ne me conforte pas dans l'idée que j'ai bien fais de ne pas rentrer chez moi. C'est l'une des choses que je supporte le moins, arriver dans un endroit rempli de monde où tu ne connais personne, un vrai kiff. J'entre et passe par le parking lorsqu'un moteur attira mon attention subitement, je tourne la tête et réalise alors qu'une moto me fonce droit dessus. Sans avoir le temps de faire quoi que ce soit je me sens tomber en arrière et atterrir sur mon derrière, la moto s'immobilise juste devant moi et j'en profite pour fusiller du regard le motard assit dessus.


-Encore un qui a eut son permis dans une boîte surprise, rétorquais je bien agacé.


Je sentis son regard se poser sur moi et sans prononcer un mot il redémarre et disparaît de mon champ de vision. Je rêve? Les gens dans ce bahut sont tous aussi loquasse ou c'est juste pour l'occasion? Je me relève, frotte mon pantalon et entre à l'intérieur du lycée, la journée commence bien.


Autour de moi les gens se bousculent, parlent de tout et rien, que je sois là ou pas, ça ne change rien. J'arrive devant le bureau du proviseur, j'hésite à entrer un instant puis entre, il m'observe longuement avant de prendre la parole, il pose des questions, m'informe de ce qui m'attend et que je dois rattraper mon retard, le blablas habituel.


Je me dirige ensuite dans ce qui est et sera jusqu'à la fin de l'année ma classe. Les gens se mettent à me dévisager, j'hausse un sourcil et sans leur adresser un regard je vais m'installer à côté de la fenêtre. C'est étrangement silencieux, ils me dévisagent toujours jusqu'à ce que trois mecs font leurs entrer dans la classe, toutes les filles sans exception jubilent devant eux, encore des mecs qui se prennent pour des stars, pourtant ils n'ont rien de particulier, l'un est plus petit que les deux autres, l'autre s'habille comme si il sortait d'une discothèque et l'autre porte une capuche à l'intérieur alors qu'il fait beau dehors, il est renfermé sur lui même. Rien de bien attirant. Ma foi qui suis je pour porter des jugements sur leurs styles vestimentaire, j'ai failli venir en pyjama moi.


Je me mets alors à fixer l'horloge lorsque la sonnerie retentit, le cours commence enfin et il est plutôt banale, donc pour passer le temps je dessine sans m'en rendre vraiment compte.


La sonnerie qui met fin au cours me sort de ma rêverie, je lève les yeux vers l'horloge puis mon regard croise celui de monsieur disco, en passant comment il a eu l'idée de s'habiller comme ça ? Il fait vraiment flipper, je me mets à le dévisager sans le vouloir, son regard change, il me fixe étrangement, instinctivement je me lève et sors. Manquerait plus que je me fasse agresser par ce clown. En sortant je bouscule une fille et fait tomber sa pile de livres, tout en affichant un air confus et désolé je l'aide à les ramasser, elle me remercie en hochant la tête, elle semble avoir du mal avec cette pile.


-"Dit, tu voudrais pas un peu d'aide?" Lui demandais-je en souriant.


-"Non ça va aller je voudrais pas te déranger .." elle fait tomber plusieurs livres que je rattrape.


-"Mais si, aucun problème, on doit mettre ça où?"


-"Vraiment ? Merci c'est sympa, viens suis-moi c'est par là.." elle passe devant.


On entre dans un pièce, une sorte de débarras où il y a plusieurs livres, on les pose sur une étagère puis elle se tourne vers moi, sourire aux lèvres.


"Merci beaucoup, c'est vraiment gentil."


-" Y a pas de quoi, ils sont vraiment lourd en plus."


-"Oui c'est vrai notre prof de philo en avait assez de les voir trainer sans vraiment d'utilité." M'explique t-elle.


Me voilà en train de faire un débat sur des livres de philo dans un débarras...


-" Oh moi c'est Chloé !" Toujours le sourire aux lèvres.


-" Ah euh ... Moi c'est Shiloh." Dis-je.


-"Ah c'est jolie comme nom, dit tu serais pas nouvelle toi? Parceque je t'avais jamais vu auparavant?" me fit t-elle la remarque.


-" Merci, euh... Oui j'ai démenagé il y a plus d'une semaine ." En fuyant son regard.


-"Ah c'est cool ça !" La sonnerie l'interrompt . "Oh moi je dois y aller mais on peut se voir à la pause déjeuner, histoire de faire une mini visite guide du lycée ?"


"D'accord, merci tu n'es pas obligé de faire .." elle m'interrompt.


-"Mais si bon moi j'y vais, à tout à l'heure " hurle t-elle en partant précipitamment .


Aucun commentaire, je retourne en cours, j'ai réussi a me faire une connaissance dès le premier jour, ça aurait pu être pire.


La pause déjeuner arriva très vite et la visite guidé aussi, ce fut bref mais très instructif, je connais un peu mieux le lycée maintenant.


La semaine a été longue et le week-end est passé bien trop vite, lorsque je retourne en cours la semaine suivante je vois que monsieur disco et sa bande on prit ma place.


Génial.


Je me dirige donc vers le fond, je croise le regard de monsieur disco, lui il a un truc derrière la tête, je le sens, je suis sûr que c'est un vrai taré. Je fixe encore l'horloge comme si cela pouvait faire avancer le temps encore plus vite mais mon regard fut attirer par un projectile lancé vers moi, par réflexe je l'attrape en plein vol et heureusement pour moi, j'ai beaucoup de réflexe. Je croise le regard du lanceur, hausse un sourcil interrogateur, tourne la tête à droite, vers une fenêtre est ouvert, sans aucune hésitation je le lance par dessus. C'est la première fois que je vois monsieur capuche sourire, contrairement à monsieur disco qui n'a pas l'air d'apprécier qu'on se moque de lui.


Cette semaine là je n'ai fait que trainer dans les couloirs, écouteurs dans les oreilles, musique à fond, je crois que je me suis paumée dans les couloirs de ce lycée. Je ne connaissais pas cette partie du lycée, je pensais qu'il était petit, en réalité c'est un vrai labyrinthe. Je retire un écouteur et j'entends toute suite des bruits de casiers, je me dirige vers la source de ses bruits et trouve un mec et une fille blonde, on dirait une dispute de couple. J'allais remettre mon écouteur lorsque je vois le mec pousser la fille en question, mais il va pas bien! Sans réflechir, sans même me rendre compte je venais de jeter le mec au sol.


Euh.... Il a pas l'air content et j'ai pas envie de finir en crêpe donc ce serait peut-être une bonne idée Shiloh de courir, me hurlais je intérieurement de faire.


Il se relève rapidement, me fait face, il fait au moins une tête de plus que moi, un ours le mec, il s'apprête à dire quelque chose mais une personne s'interpose entre nous, il grimace et part tout simplement. La fille se retourne vers moi en m'addressant un sourire amicale :


-" Quel brute celui là, t'inquiète pas il en a pas l'air mais en realité c'est un vrai trouillard." Dit-elle en rigolant, cette fille s'appelle Rachel, Rachel Higgs, elle vit ici depuis qu'elle a cinq ans, on a longuement discuté elle et moi, le mec de tout à l'heure s'appelle Igor et il est légèrement possessif, d'après Rachel en tout cas. Elle est légèrement plus grande moi, ses cheveux sont long, blond et fin, elle porte du mascara, ses yeux sont d'un bleu remarquable, bleu clair comme ceux des chats. Elle est amusante et a un bon sens de l'humour et je dois avouer qu'en sa présence je ne vois pas les minutes passé car c'est bientôt la fin des cours.


Rachel part de son côté après avoir fait un bout de chemin avec moi, je rentre ensuite et réalise qu'il fait sombre. Ma tante n'est pas rentrée, on dirait bien que je suis solo ce soir. Soudain j'entends un bruit qui provient de la cuisine, je me précipite dans la pièce pour voir ce qu'il se passe et je vois que la fenêtre de la cuisine est grande ouverte.


Ok.


Je vais pour la fermer lorsque quelque chose surgit derrière moi sur le comptoir, je sursaute et pousse un petit cris, qui me surprends moi-même, je reprends mon souffle lorsque je réalise alors qu'il ne s'agit que d'un chat, il sort de la cuisine et s'allonge sur le canape.


Mais fait comme chez toi tu as raison.


-" Mais bien sûr, aller zou, tu viens d'où toi d'abord?" En fronçant les sourcils.


Le chat ne bouge pas d'un poil, ok je retourne dans la cuisine, attrape un paquet de chips et m'installe devant la TV.


Le lendemain, sur le chemin en allant au lycée, j'entends crier mon nom, c'est Rachel ! Elle me rejoint rapidement et nous faisons le reste du chemin ensemble.


Une fois devant ma classe, Rachel jette un coup d'oeil rapide vers les autres élèves, son regard s'arrête net devant les trois super stars de cette classe. Elle ne quitte pas des yeux l'un d'eux, je la dévisage en fronçant les sourcils, la voilà hypnotisée, elle peut rejoindre l'armée de groupie de monsieur disco.


Beurk !


-" Tu as un peu de bave là, au coin de la lèvre.." la taquinais je en riant, elle me donne une petite tape sur l'épaule puis elle se décide enfin à partir tout en levant les yeux aux ciel. Je vais à ma place et la sonnerie finit par retentir.


Le cours se passe comme à son habitude, disco toujours aussi chiant et modeste qu'à son habitude mais curieusement son ami à capuche n'est pas là lui. Je prends note du cours et essaye de rester attentive malgré les piques de disco, il est clairement en manque affectif ce mec. Cela à durer même après la pause déjeuner, je risque de l'étrangler avant la fin de la journée si il continue ainsi.


Mais heureusement pour moi sonne l'heure de la pause.


Hallelujah!


Je sors de la classe, étrangement il n'y aucun bruit dans les couloirs, mon regard se dirige vers l'autre côté du couloir, je remarque une enseignante, elle semble chamboulé et avec elle se trouve le mec à capuche, il l'enlève jamais lui ? Il doit même dormir avec si ça ce trouve, je le croyais absent, puis je le vois emmener l'enseignante dans une pièce à l'abri des regards, il cache quelque chose ces deux là, j'ai bien envie d'aller jeter un coup d'oeil mais je croise une petite rousse, c'est Chloé, j'ai appris par la suite qu'elle était délégué des élèves, en gros si ta un problème ou un truc à demander c'est avec elle qu'il faut voir ça. Elle lève les yeux vers moi, son regard change étrangement, elle affiche un sourire qui sonne faux tout en me disant:


-" Ah salut toi ! Tu racontes quoi de beau?" Elle ne me laisse pas vraiment le temps de répondre et elle rajoute:


-" J'ai pas vraiment le temps de discuter mais si tu veux, passe me voir à la cafétéria, bon moi je file ciao ciao." Elle me tend son numéro avant de se dirige rapidement vers monsieur disco.


Ah, je vois le genre miss délégué et mister disco, j'aurais jamais cru mais bon.


Je lève les yeux vers l'horloge, il est 2h de l'après-midi alors soit elle mange tard soit elle est pas à l'heure. Ok bon, je vois le genre, je regarde le numéro que j'ai dans les mains et décide de le jeter dans la poubelle face à moi, mon regard est rapidement attiré vers le gars à la capuche qui sort de la pièce où je l'ai vu entrer quelques minutes avant avec la prof, professeur qui ressort de là, fermeture ouverte et cheveux en bataille, je fronce les sourcils, perplexe et choqué de ce que je suis en train de voir, il s'est tapé la prof à la pause lui, tout va bien. Je croise de nouveau son regard et réalisant que je les ai vu, se met sourire étrangement en entrant dans la classe, son sourire me fait froid dans le dos.


Après que deux mois ce soit écoulé ici j'ai fais une nouvelle connaissance, Malya, Malya Hawkins, elle est gentille et assez timide dans son genre, elle a rapidement fait la connaissance de Rachel et elles se sont pas vraiment entendu dès le début en vérité, mais plusieurs semaines passé ensemble un lien s'est très vite nouer entre nous, à vrai dire je passe tout mon temps avec elles, on est devenu rapidement proche, on a de bon délire ensemble. Malya est du genre à se comporté en diva avec ses potes mais en classe, elle reste dans son coin, très discrète, elle est arrivée trois semaines après moi. On est les petites nouvelles du bahut, on est même dans la même classe et bizarrement c'est la seule personne qui partage mon avis sur monsieur disco et sa bande.


Ah oui! J'allais oublier.


Monsieur disco a eut une sorte de coup de foudre pour Malya, qui en dépit de tous ses efforts, le remballe à chaque fois qu'elle le croise. Rachel, elle, essaye toujours de s'incruster dans notre classe, il y a même une fois où elle a fait cours avec nous, l'enseignant ne la même pas vu, je me demande pourquoi elle vient, je devrais dire surtout pour qui ? Elle a aussi craqué sur un gars, Anthony, pote de monsieur disco, plutôt calme et sympa, c'est le plus petit de la bande.


Je crois qu'on arrive enfin au jour où mon existence va prendre une autre tournure, en dérivant sur une chose que je n'avais pas prévu, que je n'avais tout simplement pas envisager une seule fois depuis un bon bout de temps, voir jamais en vérité et quand ça vous tombe dessus, ça vous tombe dessus, y a pas de secret ni de raison.


C'était en début de semaine, il commençait à faire beau, on avait eut des averses pendant des jours je vous en parle pas, le nombre de fois où j'ai failli manger le bitume. J'arrivais en classe comme à mon habitude, mais un peu retard.


Ok, très en retard, vous connaissez panne de réveil.


Je courrais jusqu'à l'entrer du lycée en silence, parce qu'il faut savoir que si un enseignant ou même le proviseur, ce qui serait le pire truc qui puisse m'arriver dans ce genre de cas, c'est directe une heure de col à nettoyer les chewing-gums sous les tables, de toutes les classes et quand tu vois la taille du bahut t'ose à peine imaginer le nombre de classe, alors franchement ouais, pas trop partante de me faire choper.


J'arrivais enfin dans le couloir qui mène à ma classe lorsque malheur à moi j'aperçois qui au fond du couloir, le directeur.


Le directeur.


J'ose à peine faire un mouvement, je suis pétrifiée sur place, merde, merde, merde hurlais je intérieurement avant de sentir une main m'agripper et m'attirer dans un coin derrière le mûr. Je suis plaquée contre le mûr, je grimace et m'apprête à répliquer mais une main se pose sur ma bouche.


C'est là que je croise son regard, gris, percent à vous en faire trembler les jambes, il me fait bien comprendre avec son regard de me taire, puis il retire sa main et pose doucement son index sur mes lèvres, en gros tais toi Shiloh. Il penche la tête discrètement sur le côté, sûrement pour voir si le directeur est toujours là. J'en profite pour le détailler, il est beaucoup plus grand que moi, c'est ce qui me surprends le plus, il porte une veste en cuir et des gants, donc c'est un motard, ses cheveux noir sont court derrière mais long sur le dessus. Je n'ai pas l'impression de le connaître, ni de l'avoir déjà vu dans le bahut mais une étrange sensation m'hurle que si, je l'ai déjà vu, mais où?


Puis brusquement il se penche vers moi sans dire un mot, je n'ose plus bouger, mais qu'est-ce qu'il fait? Et sans avoir le temps de riposter ou de réagir je sentis ses lèvres se poser sur les miennes, souffle coupé, je restais figer sur place, incapable de saisir la situation, elles sont simplement posés sur mes lèvres mais je ressens tout même cette étrange sensation. Je n'avais jamais rien ressenti de pareil jusqu'à maintenant, c'est qui est le plus troublant. Mon premier baiser.


-Monsieur Walker, gronde une professeur en nous surprenant, oh bordel de *


Je le sentis se détacher de moi et river un regard amusé dans sa direction, il eut une étrange lueur dans le regard. Sans comprendre pourquoi je vis les joues de la professeur rougir puis elle rebroussa son chemin, semblant à la fois agacé et très énervé, c'est à n'y rien comprendre.


Tout affichant un grand sourire sournois il sort du coin et reprend son chemin, ni vu ni connu, comme si de rien n'était. Je reste un instant perplexe, figer, essayant encore de comprendre ce qu'il vient de ce produire puis la sonnerie annonçant le début du cours me rappele à l'ordre.


Merde!


Je me rus vers ma classe et aperçois le même mec, le motard entrer dans ma classe, attendez quoi? Je me précipite pour entrer avant que la porte ne se referme derrière lui.


-Non, dis je à voix haute inconsciemment tout en tendant mon bras pour l'arrêter.


Puis d'une main le motard retient la porte, le bras tendu, le regard de nouveau river au mien, sa main poser sur la mienne, j'eus comme une décharge électrique à son contact, une sensation très étrange me parcourra le corps, nouvelle mais agréable. Je sentis mes joues rougir en repensant à ce qu'il a fait juste avant mais je me reprends rapidement.


Je le remercie d'un hochement tête et ce dernier reprend son chemin pour venir s'installer vers les places du fond.


Je vois que Malya est déjà installée à nos places habituelle et la rejoins lorsque je me fais bousculer par monsieur disco qui se précipite à ma place, à côté de Malya qui met instinctivement son pied sur la chaise sans prêter attention à celui qui la dévisage.


-"Hey Shiloh! T'arrive tard aujourd'hui?" me salue t-elle.


-"Désolé monsieur disco mais c'est ma place" dis-je en haussant les épaules.


-"Je te l'ai déjà dis j'ai un nom, Tobias pourquoi ça rentre pas dans ta petite tête de coincé?" Sourire en coin.


Je ne relève pas, c'est lui qui s'habille tout les jours en clown, qui a un look qui ferait fuir un ours et c'est moi la coincé ? Je lève les yeux au ciel et ne prête pas attention à ses ridicules chaussures en peau de crocodile qui n'a rien avoir avec le reste de ses vêtements.


Alors que je m'installe auprès de Malya, suivant du regard disco qui s'installe auprès de ses amis dans le fond, c'est à ce moment là que mon coeur manque de frôler l'AVC au moment même où je vois Tobias s'installer à côté du motard. Inconsciemment je touche mes lèvres, sentant encore l'effet de ce baiser puis redirige mon regard vers eux, ils ont l'air proche, même très proche, ne comprenant rien à la situation je me tourne vers Malya et l'interroge:


-"Dit Malya, sans te retourner, c'est qui le type à côté de disco?" Chuchotais je.


-"Bah c'est son pote Shiloh" répond t-elle.


-"Oui mais il est nouveau non? Je l'ai jamais vu avant".


-"Mais si, tu sais c'est celui qui a toujours sa capuche" sa quoi?


-"QUOI?" Hurlais je sans le vouloir. Une vague de panique me submergea, si je pouvais je sauterais maintenant par la fenêtre, oh non je vais tomber dans les pommes, le mec qui s'envoie en l'air avec des professeurs vient de me voler mon premier baiser!


-"Tout va bien Shiloh?" S'inquiète Malya.


-"J'ai envie de me jeter du toit de l'école" déclarais je au bout de ma vie.


-"Mais non, tout va bien, qu'est-ce qu'il t'arrive?"


-"Je veux plus venir en cours Malya, j'en ai marre".


-"Mais non, ça va aller on doit tenir trois ans encore et le lycée sera fini", je réalise alors que je vais devoir fréquenté le même bahut que ces démons sorti tout droit de l'enfer et cela pendant trois ans, je laisse tomber ma tête contre la table, mon âme a comme quitté mon corps.

24 Mai 2022 21:05:11 0 Rapport Incorporer Suivre l’histoire
0
Lire le chapitre suivant Just young and free

Commentez quelque chose

Publier!
Il n’y a aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier à donner votre avis!
~

Comment se passe votre lecture?

Il reste encore 35 chapitres restants de cette histoire.
Pour continuer votre lecture, veuillez vous connecter ou créer un compte. Gratuit!

Histoires en lien