tokri-utak Tokri Utak

Ces chroniques content l’épopée de Tokri Utak, shinobi du Village du Sable, qui cherche sa place depuis la mort de sa mère. Mais la survie elle-même à un coût dans les terres sauvages du Yuukan. Cette histoire est inspirée de Naruto, mais s'en éloigne fortement tant au niveau du traitement adulte de ses fondations que dans les thèmes abordés. C'est un monde alternatif, totalement remanié. Tokri's Theme : https://youtu.be/HkkEaCi5YHk Soundtrack d'écriture : https://open.spotify.com/playlist/4FQT1CINcGEoTPKCJdimrp?si=_-9V9x20QbC7Ap9h8OmBlA&utm_source=copy-link Discord : https://discord.gg/ysJZTyKueS


Fan-Fiction Anime/Manga Nicht für Kinder unter 13 Jahren.

#seinen #naruto #manga #pouvoir #combat #action #aventure #psychologie #chakra #fantasy #fanfiction #reboot #jdr #tragédie #drame
1
201 ABRUFE
Im Fortschritt - Neues Kapitel Every week
Lesezeit
AA Teilen

Arc 1 - Épisode 1 : Tokri Utak


 Tokri Utak rentrait tranquillement chez lui en maudissant ses professeurs. Lui et son ami Mutika s’étaient à nouveau fait rappeler à l’ordre. Le corps professoral estimait que les deux jeunes garçons ne travaillaient pas assez pour leur examen de fin d’études, sans tenir compte de leur part de responsabilité avec leurs méthodologies soporifiques.


 Depuis quelques années, le jeune Utak était pris d'un sentiment de lassitude vis-à-vis de ses études. Il ne savait plus qui il était, ni à quoi était destinée sa vie. Pourquoi fallait-il à tout prix qu'il devienne un shinobi ? Diverses raisons lui vinrent à l'esprit, qu'il chassa aussitôt. L'aspirant était de moins en moins en phase avec les motivations qui l'avaient guidé durant toute son enfance.


 Sans tenir compte de son mal-être, Bril Utak prédestinait son petit-fils à une grande carrière de pratiquant de taijutsu, l’art martial du corps à corps.


 Soudainement, l'adolescent sentit une main se poser sur son épaule. Il la saisit et immobilisa d’une clef de bras ce qu’il crut être un agresseur.


 — Lâche-moi ! Tu me fais mal !


 Tokri reconnut trop tard la coupe rousse à pic de son meilleur ami. L'Utak déclara, sans grande conviction :


 — Excuse-moi. Réflexe.


 Tout comme son comparse, Mutika Oroshi affectionnait les vêtements mêlant des teintes grises, blanches et noires. Sa fidèle écharpe battait par-dessus son épaule au gré du vent. Bien qu'il en connût la forte valeur symbolique, Tokri avait toujours été surpris de le voir la porter aussi souvent malgré le climat aride chikarate.


 — Tu dis ça à chaque fois, gémit-il. C'est la quatrième torsion cette semaine !

 — Je t’ai déjà dit de ne pas me surprendre quand je suis dans mes pensées.

 — À croire que tu aimes me torturer.

 — Tu es venu me déranger juste pour te plaindre ? soupira Tokri.

 — Je voulais savoir ce que tu fais demain. Pour une fois, ma mère est d’accord pour que tu viennes dormir chez moi ce week-end.

 — Désolé. Boulot de prévu.


 Étonné, Mutika marqua un temps d’arrêt avant de demander :


 — Toi ? Bosser ?

 — Avec mon grand-père. Il va m’apprendre une technique de taijutsu.

 — T’en as de la chance ! s'enthousiasma Mutika.

 — Si on veut.


 Après avoir accompagné Mutika chez lui, Tokri rejoignit la demeure de son grand-père. Le jeune garçon n'était pas pressé et traînait à travers les ruelles de Chikara. L'aspirant aimait profiter des brises chaudes du Village qui faisait onduler ses cheveux bruns en bataille, tout en laissant glisser sa main le long des bâtisses de sable et de roches blanches. La sensation de pierre chaude avait toujours été réconfortante pour Tokri. Des bâtiments émanait une forte chaleur en plein soleil, plus douce à l'ombre.


 Il poussa la porte et fut accueilli par Bril, un vieil homme imposant auréolé de son expérience de vétéran. Son visage était creusé par une longue vie de soldat. Il portait la plupart du temps un kimono noir traditionnel, mais il lui arrivait encore bien souvent de se vêtir de son uniforme usé de shinobi par nostalgie. Bien qu'ayant largement dépassé la soixantaine d'années, Bril avait encore toute sa chevelure qu’il coupait court. Cette dernière était grisonnante et tirait de plus en plus vers le blanc. Sa barbe prenait le relais de ses cheveux, renforçant l’aura bourrue que véhiculaient son physique et son regard de vieux briscard.


 — Alors ? Comment s’est passée ta journée ? lui demanda-t-il.

 — Les profs m’ont encore emmerdé, répondit sèchement Tokri.

 — Ne t’en prends pas à eux ! Tu ne fais aucun effort pour t’améliorer. Normal qu’ils sévissent !

 — Je m'y ennuie, répliqua-t-il comme s'il constatait que le ciel était bleu.


 Bril se passa une main sur le visage.


 — Heureusement que ta mère n'est plus là pour entendre ça, soupira-t-il plus pour lui-même que pour l'étudiant.


 Tokri serra le poing. Il détourna le regard afin de ne pas foudroyer le vieil homme. L'étudiant savait pertinemment que cela ne ferait que jeter de l'huile sur un feu déjà bien nourri.


 Le début de soirée se déroula selon leur rituel habituel : Tokri cuisina, tandis que le retraité dressa la table. Pendant le repas, Bril lui révéla la technique qu’il comptait lui enseigner : le Chikara Sen’puu. Le vétéran exigea qu'ils allassent se coucher tôt pour être en pleine forme pour le lendemain. Par fierté, Tokri fit en sorte de masquer son impatience.


 L'adolescent n'appréciait pas qu'on lui force la main, mais l'exercice physique restait l'un des plus grands plaisirs de sa jeune vie.


 Tokri se leva au petit matin. Après s’être lavé et habillé, il déjeuna. Une fois repu, Bril emmena son petit-fils dans l’immense jardin situé derrière la maison. Ce terrain avait été aménagé spécialement pour l'entraînement au taijutsu. Au centre trônait un tapis pour les simulations de combats, et tout autour était disposé du matériel pour divers exercices, tels que des sacs de frappes et des mannequins. Le terrain comportait également quelques arbres et buissons.


 — On va en avoir besoin, l'informa sèchement Bril en s’approchant d'un des mannequins.


 Le vieil homme ordonna à Tokri de s'échauffer. L'adolescent s'y appliqua consciencieusement, désireux de ne pas énerver son aïeul qu'il sentait déjà à fleur de peau. Une fois les exercices effectués, Bril reprit la parole :


 — Le Chikara Sen'puu consiste à frapper l’adversaire dans le but de le faire tournoyer. Ton ennemi subira des dégâts et sera ainsi étourdi non seulement par le coup, mais également par la rotation. Tu ne maîtriseras cette technique que si tu te montres assidu. Je ne te cache pas que j’ai plutôt confiance en toi, malgré ton comportement de ces dernières années. Cet art est presque inné chez toi.


 Habitué à cette flatterie, Tokri se contenta d'opiner du chef. L'adolescent ne remettait pas en cause sa sincérité, mais il se doutait que son grand-père accentuait ses compliments pour le motiver.


 — Pour commencer, malaxe ton Chakra. Tu le concentres ensuite dans ta jambe, de préférence la plus forte. Effectue un petit saut et frappe le mannequin au niveau du visage. Si la technique est correctement exécutée, il tournoiera sur place.


 Le malaxage était le terme employé pour désigner le processus de fusion des deux énergies que possédait tout organisme vivant. L'énergie physique était générée par le corps, et l'énergie spirituelle l'était par l’esprit. Toute technique de combat ninja, également connu sous le nom de jutsu, requérait nécessairement le Chakra.


 Maudissant cette manipulation, Tokri s’appliqua à ressentir ses énergies à contrecoeur. Mal à l'aise par la sensation de froideur que lui infligeait son Chakra, il tenta de la canaliser dans sa jambe. Réfrénant un frisson, Tokri se précipita vers le mannequin et effectua un petit saut avant de frapper, ne parvenant à le bouger que d’un millimètre.


 — Un simple et minable coup de pied. Applique-toi ! l'intima le vieil homme, bras croisés.


 Ses nombreuses tentatives ne donnèrent que peu d'évolution. L'adolescent soupira et, dans une tentative désespérée d'évasion mentale, songea un bref instant au livre qu'il avait abandonné la veille sur sa table de chevet. A quelle page s'était-il arrêté ?


 — Encore et toujours ces lacunes au malaxage ! Concentre toi !


  L'aspirant leva les yeux au ciel, agacé alors qu'une foule d'activités bien plus intéressante défilait en son esprit. Depuis quand n'était-il pas allé aux Bains avec Mutika, déjà ?


 — Je vois que je n'obtiendrai rien de plus aujourd'hui, rumina Bril Utak, tout en passant ses mains derrière son dos en une posture militaire parfaite. Jusqu’à ce que tu maîtrises le mouvement, tu t’exerceras tous les jours après tes cours à l’Académie.


 Le week-end d'entraînement ne suffit pas. Durant quelques semaines, Tokri se rendit régulièrement à l'Académie en claudiquant. Il lui fallut un peu plus d'un mois afin d'assimiler la technique, à la grande fierté de Bril Utak.

8. Juli 2023 19:41 0 Bericht Einbetten Follow einer Story
1
Lesen Sie das nächste Kapitel Arc 1 - Episode 2 : L'examen

Kommentiere etwas

Post!
Bisher keine Kommentare. Sei der Erste, der etwas sagt!
~

Hast Du Spaß beim Lesen?

Hey! Es gibt noch 7 Übrige Kapitel dieser Story.
Um weiterzulesen, registriere dich bitte oder logge dich ein. Gratis!